à venir

Jean François Joubert

L'Hirondelle a quitté le toit d'étoiles, reste l'Automne qui procure la chute des cheveux des hêtres, des chênes, et déchaîne les avis et force contraire, froid, écharpe, une note de plaisir s'échappe de ma gorge, rouge, je chante une mélodie de catacombe et tombe dans une marre sans canard... Depuis longtemps, je ne lis plus le journal, mais la vie est un livre ouvert, par chez-moi on y trouve de la poésie, la rue du bois d'amour, la rampe du merle-blanc, oiseau de pacotille, ma couette est ma brindille, alors le temps passe, bientôt le lourd manteau de neige, bientôt un rêve qui m'échappe, celui de montrer à l'enfance la chance d'être né, pas de classe, or du désordre élémentaire qui fait qu'une pâquerette empaquette une messe non dite en s'effeuillant sans surveillante, face au noroît ou aux suroît les rois des vents, oh comme j'aimerai me rendre en Polynésie en famille au sextant, toi ma dame de nage et ton enfant sur une coquille de noix, Fou de Bassan ma particule élémentaire comment la taire, alors je me terre sous ton absence de sens, j'aime la Terre, et mon désir et de la voir y plonger mon âme, et y nager en compagnie d'animaux marins, et ouvrir une bouteille de champagne, pour te jeter un mot d'âme, mes amours...

Report this text