Abel aimait sa maîtresse.

Etaine Eire

https://www.artmajeur.com/fr/cestrela/artworks/11892548/speedy-gonzales
" Être libre, ce n'est pas seulement se débarrasser de ses chaînes ; c'est vivre d'une façon qui respecte et renforce la liberté des autres. " Nelson Mandela


Au début ils étaient dix dans la classe d'arts plastiques, pour finir il n'en restait plus qu'un.

Abel, un petit garçon à qui on aurait donné le bon Dieu sans confession, avait un penchant amoureux envers sa maîtresse.

L'amour qu'il lui portait, à elle, le rendait terriblement jaloux envers tous ses petits camarades.

Il voulait les voir tous disparaître afin de garder son amoureuse rien que pour lui.

Madame Jeannotte, la maîtresse, montait, toujours, sur l'estrade pour donner son cours pour être vu de tous les enfants.

Quand l'heure de la rentrée sonnait, chaque gamin s'installait à son chevalet et sortait son matériel de peinture.

Madame Jeannotte appréciait d'avoir une toute petite classe, ainsi, son travail la satisfaisait.

Chaque matin, elle appelait ses élèves par ordre alphabétique et les notaient dans son cahier de présence.

 

1° Abel le frisé parce que ses cheveux bouclaient comme ceux de Boucle d'Or.

2° Alain le hautain car en effet il prenait toujours les autres de haut.

3° Alan le ténor attendu qu'il aboyait à la manière d'un lion en cage.

4° Francis le peintre car il aimait taguer les murs du village.

5° David le bonimenteur à cause qu'il mentait comme un arracheur de dents.

6° Roméo le charpentier puisqu'il se promenait la nuit sur les toits.

7° Mathilda la précoce attendu qu'elle brillait par son intelligence et sa modestie.

8°Raphael le christ pour la raison qu'il était enfant de cœur.

9° Yann le serpent vu qu'il était myope comme une taupe, il portait des lunettes.

Et le dernier, Yves la gazette étant donné qu'il connaissait tous les potins du village.

 

En se réveillant un matin, Abel le frisé décidait d'éliminer l'un après l'autre ses camarades de classe.

Seule solution qu'il trouvait pour rester le chouchou de Madame Jeannotte.

Il calculait que l'affaire serait dans le sac, en deux semaines, puisque chaque jour il éliminerait un élève.

 

1° Alain le hautain, il le faisait tomber en lui donnant un croche patte.

2° Alan le ténor, il lui cassait discrètement tous ses pinceaux.

3° Francis le peintre, il lui renversait son pot d'eau sur sa feuille de dessin.

4°David le bonimenteur, il lui découpait sa peinture pendant la récréation.

5°Roméo le charpentier, il lui sciait un barreau de son chevalet.

 

La première semaine, Abel le frisé, content de lui, éliminait, comme prévu, cinq de ses concurrents.

 

6°Raphael le christ, il lui crachait sur son tableau.

7°Yann le serpent, il lui cachait son œuvre.

8°Yves la gazette, il lui vidait ses tubes de gouaches.

9° Mathilda la précoce, ayant remarqué son manège, le dénonçait à la maîtresse puis quittait la pièce. 

Madame Jeannotte, constatant que sa classe n'avait plus d'élèves, se dirigeait vers Abel le frisé.

Elle l'embrassait sur le front et lui expliquait qu'elle ne pouvait plus faire la classe pour un seule élève.

Elle lui demandait de ne plus venir en cours et de prévenir sa maman que désormais ce serait elle qui lui ferait sa leçon.

Signaler ce texte