absurdité et cie

noca

toi et moi on était les outsiders

ceux sur qui personne n'aurait misé

la vie nous a bien égratigné

cette manie de tout le temps changer d'air


écouter la neige tomber lentement

le matin le midi le soir

ne changent rien

les cachetons les peintures les textes


c'est le vide qui nous remplit

c'est la solitude qui nous hante de partout

et qui tue toute destinée

et on perd le fil, très tôt dans la journée


ce soir, j'espere que les étoiles danseront pour toi

tes pas au milieu de la nuit

plus rien ne résonnera comme avant

les journées se colorent de fade


t'es une étoile filante

t'es venue

t'as vu

t'as compris

t'es partie


fini les brulures

les cicatrices

le vomi

le déni

l'ennui

les superstitions

les maux

les lendemains

le coton

l'air

les situations

les incompréhensions

l'épuisement

les bruits


la vie vascille

le vent en emporte quelques uns, chaque jour, un peu partout

j'ai perd que tout se termine

subitement

je sais, c'est déjà écrit

autant profiter un peu de quelques jours

pour la suite on avisera, comme toujours

jusqu'au moment où ça ne fonctionne plus

et là...



Signaler ce texte