Acides

miroir-fumant

12 janvier 2013

on se croit seul
dans l'abysse
qui pourtant grouille
de toutes les âmes tourmentées

je ne voudrais
au monde nu
adresser un regard clair
verse-moi encore de ce poison

en faible écho
aux lointains profonds
que j'explore
cette certitude
d'être partout
où l'homme est allé

j'arrive
les bras chargés
de questions
et pour ne pas sombrer
je me raccroche
aux imperfections
de ce monde

Report this text