UN DRÔLE DE PIK-NIKE

Philippe Larue

Ah, ces toboggans d'adjectifs joueurs, ses points-virgules vautrés sur les balançoires, ses haïkus à se taper le cul de jatte sur une musique de Jarre, c'étaient là l'expression de la liberté vers Bâle. D'ailleurs, le beau Danube bleu en était jaloux du Rimbeau, le Baumarchais de Baudelaire et Césaire d'idées noires étaient finalement, le rubis caché au monde très fermé des maux.

L'an Keith de Jarrett volés au rond point Poincaré, commençait à faire défauts au Verbe. Un festival de jazz de rocamadour! Queue j'arête les maquereaux quand j'arrêterais décrire, soit. Que j'arrêtâmes Tam au lieu de Tom Tom, soit que ça Poucet. Mais que tu arretâsses café le thé de Deezer, non. Comment l'enquête corse pouvait continuer ainsi? 

Le pique-Nike des orphelins de Baudelaire, j'y étais en Jenifer/Basquiat, et les nippes Tup frippées, je les avaient de toute façon, vendues Apollinaire. Lorsque le vieux camenberg aux croûtes plissées avait été posé sur le tweed, un corbeau noir dénommé Barbara, avait surgit pour y Houellebecqueter quelques friandises puantes. 

L'aire de jeux avait été plesbicité par quelques libellules fugacement. Après tout, les bambins frictionnaient bien leurs fesses sur les toboggans. La pyramide de cordes aurait subventionnée l'envie à des tourterelles ou des pigeons en quêtes de fragments d'un sandwich, de s'y poser. Cependant, les pieds des enfants pétochaient une agilité peu sûre. 

En tous cas, l'enquête corse avait été dissoute sous l'Eden gourmande d'un gavroche. Non qu'il se prédisposait à l'apprentissage du mandarin et de ses kanjis, mais, la chinoiserie acide/sucrée était la Tangerine Dream de la mandarine à se  métamorphoser d'orange dans une réincarnation aux anges, selon la volonté de Nirvâna. 

Signaler ce texte