Alcôve

Susanne Dereve

                     Peut-être était-ce une alcôve,
                     ou simplement tes bras tendus
                     sur moi avec leur poids de chair
                     et ton corps sur le mien pesant
                     de son poids de désir
 
                    Était-ce ton souffle sur mes reins
                    ou bien par les persiennes closes
                    comme un vent de parfums volés
                    Était-ce l'aiguillon d'un baiser
                    dont tu imprimais le dessin
                    et ma peau en portait  la trace
                    les lendemains  
                                                                                                                                   
                    La nuit était si pâle
                    Je l'avais  oubliée
                    Le monde entre tes bras se fermait
                    sur un étrange voyage
                    se fermait pour renaître
                    d'un espace où s'abolissait                
                    jusqu'à la conscience d'être
                    et tu m'en révélais peu à peu
                    le chemin
 
                    J'ouvrais les rideaux au matin
                    guettant  si le plaisir
                    avait modelé ton visage
                    imprimé une marque à tes mains
                    Mais tu voguais  encore
                    en hôte clandestin de paisibles rivages
                    Ton  sommeil  était-il  seulement
                    peuplé d'images et tes rêves pareils
                    aux miens

       Illustration : Pepe's   Euan  Uglow
Signaler ce texte