Boum boum

Swan Le Loup

J'aime la dérive, une saveur amère dans la bouche, casser du sucre, sniffer une rose décapitée, supporter la neige et m'unir au soleil. Ultimes arrière-goûts.
Mon meurtre une évidence et pas un témoin. Au début, je m'attendais à une mort classique. Flingué dans le dos, la lune bascule et tout devient sombre. C'est alors que les traditions se pointent comme un coup de tonnerre. L'heure des derniers mots qui se transforment en monologue. On songe à sa vie avant d'être abattu.
Jadis, on me surnommait Bouboule le poète. Avant d'assassiner mes proies je leur clamais un poème sans queue ni tête. J'ai les mains sales mais je les purifie dans l'eau propre et avec deux trois verres de sky. Le temps passé. Les gens présents. La société future. Il y a de l'eau qui a coulé sous les ponts. Une cascade d'emmerdes, le mal de mer et beaucoup de noyades. Mais je n'ai jamais viré de bord pour autant ! Le navire chavire je suis navré. J'ai jeté l'ancre. Plus la force de naviguer seul, plus l'âge. Je coule à flot comme on dit. Maintenant, plutôt que de me tirer une balle je préfère qu'on le fasse pour moi. Mais attention ! Une balle en plein cœur et pas sur mon portrait. Autant finir proprement dans le cercueil. Et puis dans le fond le cœur c'est symbolique.

Report this text