Ce machin qui chauffe

vionline

J'ai beau essayer de me rassurer, j'ai beau tenter de retrouver mes esprits et ma lucidité, connecter la réalité du mieux que je peux, je ressens quoi qu'il arrive des choses sombres, négatives et dramatiques. Pour moi et pour ceux que j'aime.


Peu importe mon humeur: même lorsque je rirai de bon cœur, le spectre du sablier qui se vide hantera les alentours. L'obscurité prend mille chemins pour se montrer à moi. Elle voudrait passer inaperçue que c'est déjà trop tard. Je la capte et lui parle. La pénombre m'a happée parce qu'il y eut un jour une grande clarté et que ce soleil m'a ébloui si intensément et de manière si mauvaise ! Mes neurones ont surchauffé. Je n'ai eu d'autre choix que de me réfugier là où mes yeux et mon cerveau étaient sûrs de trouver la paix. Assez pour ne pas être aveuglés.


Je ne prétends pas tout savoir, je suis dans le continuel questionnement. Qui est cet autre à qui je dois vouer mon existence ? Pourquoi la sienne prime sur toutes les autres ? En quoi est-il si original et grandiose pour entendre à longueur de temps que je vais être remplacée bientôt afin de satisfaire la continuité de sa longévité ?

Mon Dieu ! Qu'il comprenne que je n'ai pas trouvé volontairement de serrure pour épier ce qu'il y faisait derrière ! Qu'il comprenne cependant que ma présence est sans doute loin d'être fortuite. Mais surtout que je ne lui souhaite aucun mal.

Cet être, que l'on me présente si imposant, si important, si grand, j'aurais aimé qu'il me soit présenté. Si l'on fait tout pour que je courbe l'échine (aux sens propre et figuré), que l'on me dise au moins devant qui je dois me prosterner. Ou bien, à quelle farce faut-il que je rie. Que je rie et que j'adhère ou participe.
Si rien ne doit être pris au sérieux, pourquoi un tel retentissement sur l'existence de ceux qui nous sont chers, malgré tout ?


Mon Cher, tu as beau dire que la réalité n'est peut-être qu'une illusion... Pourquoi alors laisse t-on perdurer la souffrance, la douleur ? Si je me brûle, je hurle, non ? Les flammes ne sont pas (que) pixels !


Et la chaleur dans mon cœur, qu'est-ce à ton avis ?

Ce personnage un peu hybride homme-femme, vieux-jeu, qui parle légèrement comme sérieusement, passionnément, avec des mots mieux choisis, cigarette à la main, le reconnais-tu ? Il est le fruit d'un amour, le mien, qui s'est imposé plus fort que tout.
C'est cet être qui raye le destin qu'on avait tout tracé pour nous, à notre insu. Ou en tout cas au mien. Est-ce que le sentiment d'amour est voué à l'échec ?


En attendant, toujours les ombres et des cieux qui n'augurent rien de bon. Je ne sais, mon Cher, ce que tu vis dans l'autre camp. Moi, je lutte comme je peux contre les chiens, leur léchant le museau pour parvenir à les faire taire quelques fois.

Est-ce que tu ressens aussi ce machin qui chauffe à gauche, dans ta poitrine ?

  • je suis cynique, pessimiste et sombre, j'ai aimé une fille soleil qui me dit un jour. Hervé pourquoi tires-tu les gens vers le bas ? Combien j'aurai aimé être comme elle. :o))

    · Ago 9 days ·
    Photo rv livre

    Hervé Lénervé

    • Eh oui tiens. Pourquoi tires-tu les gens vers le bas ?

      · Ago 8 days ·
      1 violet sunset 2

      vionline

    • parce que je suis un méchant garçon. :o))

      · Ago 7 days ·
      Photo rv livre

      Hervé Lénervé

  • L'on ne peut arrêter le sable, implacable, il aura raison de nous, il aura raison de tout...

    Un très beau texte !!

    · Ago 9 days ·
    Louve blanche

    Louve

Report this text