C'est l'affaire des filles

Colette Bonnet Seigue

Pour le rose-bonbon

Sur les draps du berceau,

Sur l'bavoir à carreaux

Et petit patapon,

C'est affaire de filles !

 

Ce marmot qui braill'trop

Pour un oui pour un non

Quand déjà embryon

Il portait un chapeau,

C'est bien là une fille !

 

Alors, elle a grandi

Avec des jeux de quille

Et des roulis de billes,

On l'appelait chipie,

C'est l'affaire des filles !

 

Les genoux écorchés

En jouant aux garçons,

En langage abscon

 Et toutes dents serrées,

C'est courage, les filles !

 

Les boutons sur le front

Qui fleurissent un beau jour

Pour un premier amour,

Romantisme chiffon,

 Ça  ressemble aux filles !

 

Des flocons dans les yeux

Qui fondent sur la joue,

Au désert- rendez-vous

D'un amour- désaveux,

C'est la faute des filles !

 

Après la bague au doigt

Casseroles en prime

Aux fourneaux, magnanime,

En profession de foi,

C'est l'affaire des filles !

 

Assiettes et torchons

 Vir'voltent en cuisine

Par les mains sacristines

Qui courent en marathon,

C'est bien sûr pour les filles !

 

Elle accouche guerrière

Et  en porte-drapeau,

Elle veille aux marmots

Tout à son tendre père,

C'est l'affaire des filles !

 

En retroussant ses manches

Elle fait face au fardeau

Sans jamais de repos

Pas même le dimanche,

C'est l'affaire des filles !

 

Quand les années burinent

Le cœur à satiété

Qu'un mari dégonflé

En macho se débine,

C'est l'affaire des filles !

 

Sur le trottoir d'en face

Arpentant le pavé,

Soumise, abandonnée,

Que l'homme cadenasse,

T'es pas chanceuse fille !

 

Pour celle qu'on grillage

Sous un rideau de suie

Sordide  paquetage,

Interdit d'paradis,

C'est la faute des filles !

 

Quand le cœur lacéré

Par des  mains meurtrières,

Une peur somnifère

L'empêchant d'exister,

C'est l'affaire des filles !

 

Les bras toujours ouverts

Aux enfants éperdus

Corps et  cœur confondus

Se sentant mandataires

C'est souvent chez les filles !

 

Elle pleure en silence

Les jours de long hiver

Sourire monastère

Pour fustiger l'absence,

C'est bravade,  fille !

 

Quand les yeux un peu lourds

Referment leurs volets

Sur le ciel violet,

Qu'il n'y a plus d'amour,

C'était une Grande Fille…

 

 

 

 

 

 

 

  • J'aime la rapidité de tes vers qui donnent le ton à ton poème ! J'aime tes mots dont le ressenti monte crescendo en même temps que grandissent les filles ! j'sais pas pourquoi mais j'trouve des accents Souchonliens à ton poème ! c'est un compliment car j'adore Souchon ! Aussi chère Colette, en toute objectivité CHAPEAU A RAS DE TERRE pour la pertinence de tes propos qui font mouche ! bisous et douce semaine sereine loin de ce monde de haines ! à bientôt !

    · Il y a 4 jours ·
    Epo avatar

    Christine Millot Conte

    • Enfin, je peux répondre aaaux commentaires, ça beugue tout le temps. Merci Christine pour ce commentaire. Souchon, il est bien plus fort que moi.

      · Il y a 4 jours ·
       20160514 112546 (2)

      Colette Bonnet Seigue

  • Un plaisir de lecture. Un texte qui bouscule nos consciences. C'est juste Colette, le poète a toujours raison. Il voit plus haut que l'horizon. ..
    bisou

    · Il y a 7 jours ·
    Lisbonne 27 29 juillet 2010 028

    Frédéric Cogno

  • bonne année chère Colette. C'est un plaisir de te retrouver à travers ces lignes.

    · Il y a 8 jours ·
    Win 20151006 184728

    laeticia

  • Mais de génération en génération, les choses changent et vont évoluer, moi j'y crois! C'est un bel hymne aux femmes.

    · Il y a 8 jours ·
    Moi

    Maureen G

    • Merci Maureen, je l'espère, mais jetrouve qu'il faut encore se battre contre certaines inégalités.

      · Il y a 8 jours ·
       20160514 112546 (2)

      Colette Bonnet Seigue

    • Evidemment! Il en existe encore bien trop et je suis la première à lutter contre ces inégalités; à être une ardente défenseuse du droit des Femmes. Et de bien d'autres choses.. :)

      · Il y a 8 jours ·
      Moi

      Maureen G

  • on ne peut rester indifférent !
    c'est très bien écrit, merci ! je ne m'aventurerai pas à tenter le même exercice sur nous les hommes...le texte risquerait d'être beaucoup plus court :)

    · Il y a 8 jours ·
    Eau

    chaleur

  • C'est bien envoyé Colette, ;-)) et nous sommes le sexe faible... dit-on !

    · Il y a 8 jours ·
    Dsc 0188

    nilo

    • Merci Nicole. J'avais envie de le dire, car j'ai l'impression que l'on fait machine arrière pour nous les femmes.

      · Il y a 8 jours ·
       20160514 112546 (2)

      Colette Bonnet Seigue

  • C'est tout à fait ça le déroulement de nos vies de filles ! Bravo Colette ! En plus c'est très joliment écrit !

    · Il y a 8 jours ·
    Louve blanche

    Louve

  • joli poème à la gloire des filles devenues femme...
    "On ne comprend bien que l'abscons, une fois exploré."
    Romain Guilleaumes

    · Il y a 8 jours ·
    Cavalier

    menestrel75

  • Poème très tendre j'adore

    · Il y a 8 jours ·
    Avatar

    fanche

Signaler ce texte