C'était peut-être...

anna_lise

... moi
IL lui a dit : Que faites-vous jeudi ?
Elle a senti son cœur se serrer.
Et douceur de lait tiède couler de son ventre.
Sa voix qui, pour elle, était déjà tout un monde.
 
Elle est là devant la porte.
Sera-t-elle la première.
Ou sera-t-il déjà ?
Elle frappe. Pas de réponse.
Encore un instant. Et tourne la poignée.
Voilà. Elle y est.
 
Cet instant, Elle l'a déroulé dans sa tête.
Tans de fois durant ces deux jours.
Mais rien n'est jamais comme on s'imagine.
La chambre déjà… Elle se pose la question.
Sera-t-elle insonorisée ?
Elle est prête, ou du moins le pense-t-elle, à se prêter à tout ce qu'il voudra.
Et là, elle s'inquiète de savoir si on va l'entendre ou pas quand elle…
Elle voudrait aussi retenir son désir à elle… ou ses cris.
Le plus longtemps possible. Pourquoi ?
Est-ce parce qu'elle veut agacer le pouvoir qu'IL veut avoir sur elle ?
Et de ce fait aussi, l'obliger à continuer à frapper… plus fort ?
Lui signifier : tu veux me faire mal ? Mais tu vois, je ne crierai pas.
Lui voler pour un instant son plaisir.
 
Mais elle ne sait si elle pourra retenir ses cris et encore moins ses larmes.
Elle n'a jamais subi ce genre de traitement.
Alors elle ne sait quelles réactions elle pourra avoir.
Elle sait s'adapter. Pour cela, elle a confiance.
Mais si elle est déçue ?  Elle est comme une enfant dans un château enchanté.
Et puis elle pense….  Et si pire encore, elle le décevait ?
A cette idée son ventre se noue.
Et elle avance dans la pièce.
Résolument.
 
Elle regarde et cherche des yeux une présence. Sa présence.
Alors, est-il dans la salle de bains ?
Elle n'ira pas voir.
Elle attendra qu'il vienne.
S'asseoir ? Non.
S'étendre sur le lit ? Encore moins.
Avant quoi que cela soit, elle veut voir ses yeux.
Entendre sa voix.
Par sa voix, son regard, elle saura.
Tout d'un coup, elle est moins sûre.
Et si elle retrouvait intimidée.
IL est à piler par moments.
Il ne veut rien laisser transparaître de ses émotions.
Elle se promet de faire pareil.  Et attendre ses ordres.
Exécuter ses ordres, rien que ses ordres.
Mais elle sait aussi qu'elle ne pas rester passive bien longtemps.
 
Alors elle attend et se sent devenir animale.
L'idée de se métamorphoser en salope l'excite à un niveau incroyable.
A l'affût. Elle se regarde attendre.
 
Un scenario revient dans sa tête.
Elle ne voit rien, n'entend rien.
La voix enrouée par l'émotion, son orgueil disparu, elle s'entend dire :
Je vous salue, Monsieur, votre salope est à votre disposition.
Une voix vient de la salle de bains :
 
-          Tourne le dos à la porte de la salle de bains, Salope…
Sa voix… elle regarde d'où vient la voix et se retourne aussitôt. Dos à cette porte.
La voix répète…
-          Tourne le dos à la porte Salope !
Elle s'entend répondre :
-          Oui.
-          Oui qui ?
-          Oui, Maître…
 
Elle entend un glissement.
-          Ne te retourne pas Salope.
Son ventre se tord. Elle se retient d'exprimer ce gémissement qui lui vient. L'a-t-elle vraiment retenu ?
Passe tes mains derrière ton dos. Obéis.
Une peur. Une angoisse. Heureusement qu'elle reconnaît sa voix.
Un besoin de se rassurer.
Elle prononce son nom.
 
 
Report this text