Chanson d'amour

aile68

Quand la narratrice se met dans la peau d'un homme...

En haut des collines, des montagnes, je te verrai revenir mon amour, si tu me quittes maintenant c'est sûr tu reviendras. Tes yeux, ton regard un peu perdus, comme si tu ne me reconnaissais plus errent dans mes rêves, tu me rends visite sans le savoir, et moi je tends les bras vers une ombre, une silhouette qui se dissipe, disparaît peu à peu. Avant que tu meurs, avant que tu partes, reviens me voir, laisse le soleil te réchauffer, nous accompagner sur une nouvelle route, un nouveau ciel. Vois comme les frondaisons t'appellent à une nouvelle vie, des bourgeons ont déjà éclaté sous la pluie,  c'était presque de la neige. Ton innocence, mon amour, ta naïveté ressemblent à ces premières fleurs de printemps, fluettes et fragiles,  elles ouvrent leur coeur à la nouvelle saison. Ton sein ma belle, petite pomme de jardin, vient me frôler la peau et c'est des frissons qui me parcourent tout le corps, je n'aurai pas à t'attendre, tu es là mon amour, tu es là.

Report this text