Chapitre I (7)

arthenics

Nicolas passa une grande partie des vacances à se poser des questions. La magie et la sorcellerie n'étaient pas des sujets à aborder, surtout en la présence de Ludivine. Et comme sa tante était restée évasive, il ne savait pas trop quoi penser. S'il pourrait d'envie d'expérimenter la magie, d'une part, il ne savait pas comment faire mais en plus il avait promis à sa tante de ne rien tenter. Mais depuis peu, la petite fille, en maternelle, était rentrée à l'école. Alors quand il était tout seul, il réfléchissait au moyen de mettre le mystérieux pouvoir à l'épreuve, de vérifier son existence.

Mais sans élément, sans indice sur la manière de procéder, il tâtonnait. Finalement, c'est la veille de la venue de l'émissaire qu'il eu une idée en regardant son bureau. Apercevant un effaceur, il se demanda s'il pourrait le faire bouger, à distance, depuis le lit. Il tendit le bras, pensa “bouge” mais ses tentatives restèrent vaines. Que pouvait-il faire? Plus temps passait, plus il essayait et s'énervait. Finalement, dans un moment de colère, il fit un geste, comme s'il voulait envoyer le stylo valdinguer contre le mur. Et l'impensable arriva. Le stylo se souleva, tapa contre le mur et retomba, laissant le jeune garçon stupéfait, coupable et ravi. Il n'y croyait pas et pourtant ça avait bien eu lieu. Il pouvait déplacer un objet à distance, par la volonté.

Il fit un nouvel essai, en tentant de rester calme, mais échoua. Encore. Sa tante arriva à ce moment là. Il hésita. Allait-il lui demander des conseil et l'autorisation de faire des essais, tant que la petite fille était absente? Il se décida à descendre. La réponse fût surprenante.

_Je sais bien que tu veux en faire l'expérience. Je suis même surprise que tu n'aies pas demandé plus tôt. Quand il n'y a personne à la maison, que Ludivine n'est pas là. C'est possible, tu peux essayer de petites choses. Mais ne t'attends pas à de grands effets. Faire bouger un objet à distance, c'est envisageable. Mais ne cherche pas à déplacer l'objet en pensant “bouge” mais visualise le en mouvement. Essaye de le sentir, de percevoir sa forme à distance, imagine que tu as une main invisible.

Il n'en fallait pas plus pour que le Nicolas se précipite dans sa chambre, en disant merci depuis les escaliers. Une fois sur son lit, il repensa aux conseils de sa tante. L'expérience ne fût pas immédiatement concluante. Il dut s'y reprendre à plusieurs fois avant d'obtenir que le stylo oscille un petit peu. A force de patience, le soir venu, alors que Ludivine était couchée, qu'il réussît finalement à faire rouler l'effaceur qui tomba par terre.

Le bruit était léger mais il lui sembla assourdissante. Heureux, mais aussi effrayé à l'idée d'avoir peut-être réveillé Ludivine, il décida qu'il était temps de dormir. Demain était le grand jour.

Report this text