Chères abeilles !

menestrel75

Beau fruit de chair fendue
je lèche ton abeille,
son dard court et durci,
d'un désir femelle. 

De l'index, je fouille ta cache
y cueille un miel amer.
Sous l'assaut du mâle
ta ruche tremble et s'affole, cède
s'ouvre et ruisselle sa marée de lait tiède. 

Deux doigts compagnons assaillent
fourragent, fouaillent
rythmant ta moiteur alvéolaire.
Dévasté, ton sexe bat des ailes,
expire en brutales saccades
Son jus et son jouir. 

Moi, qui ne suis pas anoure
Je suis ton maître-queue.
Signaler ce texte