Confiance mission impossible ?

Etaine Eire

Mon compte, sur Anonymes Visages, me permettait d'être en relation virtuelle avec de multitudes personnalités dans le monde entier.

J'y déposais, régulièrement, mes textes et mes photos.

J'y partageais, aussi, des articles qui faisait écho en moi.

J'y passais mes coups de gueules qui finissaient, souvent, en débat avec mes abonnés.

Un jour de grande colère, j'envoyais balader tous ce beau monde que je soupçonnais, pour la plupart, être des hypocrites et des menteurs.

Je vidais, entièrement, mon compte avant de le supprimer, parce que malgré la promesse du créateur du site, les comptes n'étaient jamais éliminés, ils restaient toujours actifs et on pouvait les ouvrir à tous moments.

Une de mes abonnées me parlait régulièrement en messagerie privée.

Elle m'apprenait, un soir, qu'un de nos contacts communs lui envoyait, par la messagerie, un questionnaire auquel il lui demandait de répondre de façon la plus honnête possible.

Comme elle était joueuse, elle acceptait donc le deal.

Certaines de ces questions lui semblaient bizarre surtout celle qui concernaient sa propre sexualité.

Elle m'expliquait que cet homme, elle en était sure, avait des penchants pédophiles.

Cette révélation me choquait même si je n'étais pas étonné de cette éventuelle possibilité.

L'homme, en commentaire privé, me félicitait, un jour, pour un de mes textes.

Il me demandait de lui accorder ma confiance et me proposait son aide alors que je ne lui avais jamais rien demandé.

Je déclinais l'offre.

Il s'en trouvait fort désolé pour moi car selon lui tout un chacun a toujours besoin d'aide.

Il n'insistait pas et me souhaitait une bonne journée.

Un autre jour, il me prévenait de lire le texte de la dame au fort parfum.

Il voulait que je lui dise, simplement, ce que j'éprouvais, ce que je  ressentais, sans fioriture ni fausse pudeur, à la lecture de cet écrit.

Je refusais poliment et il n'insistait plus.

Une autre fois, sous un de mes textes, on me commentait que Liza, une dame que je ne connaissais ni d'Ève ni d'Adam, envoyait des messages et des emails injurieux aux autres membres d'Anonymes Visages.

Après vérification, je découvrais que cette personne ne publiait plus sur son compte depuis au moins deux ans. Elle était, certainement, trop occupée à l'écriture de ses livres et de leurs publications.

Je me posais trop de questions.

Comment pouvais-je faire la différence entre le bon grain et l'ivraie ?

A cause de tous ces mystères et mon incapacité à démêler le vrai du faux, malgré mon enquête, je décidais de ne plus répondre aux commentaires.

Par la suite, j'entamais le copier-coller de tous mes textes et de mes photos afin de les classer, dans un certain ordre, dans mon disque dur externe avant de supprimer définitivement mon compte.

Signaler ce texte