Connard rejeté

peterpanpan

Elle restait là cette conne. Je crois qu'elle osait pas partir, encore trop douce pendant qu'elle me brisait le coeur. Enfin, de coeur, ce qu'il m'en restait, disons. Le cul sur les marches ridicules de cette fin d'après-midi froide et noire, j'étalais mon dépit comme une ombre, une ombre d'enfant gâteux, surpris, pour la première fois, par la tristesse inédite que lui insuflait le premier refus de cette fille, frustration inconnue. C'est qu'avant, elle me courait après. Enfin, ça fait un an. C'est long, un an. Donc hier, après un an, voilà qu'on se donne rendez-vous. Je ne pensais pas qu'elle prendrait mon idée de " se voir en ami" au pied de la lettre. Pourtant j'avais quelques raisons d'espérer que les choses n'en resteraient pas là. D'abord au café, j'ai bien senti un relent de mouille pendant qu'on parlait. Mais je peux me tromper sur la cause de cette marée. Peut-être une perturbation lunaire, qui sait. Puis à plusieurs reprises, on a pris comme la route de chez elle. Enfin, elle n'avait pas de soutien-gorge, et peut-être pas de culotte. Elle m'a stoppé au café. Je me faisais une place entre la bière et les cuisses, et c'est là qu'elle m'a humilié. Je m'approchais trop. Merde, une première. Attends, c'est la même fille que je prenais contre la muraille l'année dernière ? Est-ce que j'ai grossi ? J'ai chopé une sale gueule ? Ou peut-être qu'elle était moins salope que je le croyais après tout, et moi, plus con que prévu. Dans tous les cas elle n'était plus aussi accessible. Peut-être étais-je quand même devenu moins désirable. Ou que c'était vrai, qu'elle avait fini par passer à autre chose, voyant qu'elle ne pourrait jamais attendre beaucoup d'amour de ma part. C'est vrai que je l'ai toujours trouvé vulgaire, et ça ne s'est pas amélioré quand j'ai su qu'elle s'était fait de nouveaux tatouages, le genre dégueulasse. Pas très finaude non plus. Mais malgré ça, avec le temps, forcé de constater sa douceur et sa simplicité naturelle, j'avais entrevu une forme de bonheur tranquille et sans ambition avec elle. Je ne l'ai jamais respecté, au fond de moi. Ce qui peut sembler paradoxale, si on oublie que je ne me respecte pas beaucoup moi-même. J'ai trop bu après ça. Je suis parti, parce que je voyais bien que ça pouvait durer un moment encore avant qu'elle ne se décide à me laisser, et j'ai été chercher une bière.

Signaler ce texte