crier

David Ralin

LE DROIT

Droit inaliénable de vivre,

Droit inaliénable de penser,

Stop

Il ne sert à rien de parler de liberté,

Gardez votre bâillon maculé

Debout reste courbé

Privilège des aliénés achetés.

Légitimes embrassent mes pieds liés

Le juste doit être encore éduqué

Pour oublier nos privilèges hérissés.

Ce concept bonne figure

Reste un mensonger parjure

Parjure des justiciers outranciers

Parure à l'encolure blanche des geôliers

Aux dorures des pénitenciers

Faisant raison notre prison.

Tant de barrières communautaires

Sous une bannière bananière

Aux suffrages identitaires,

Traire l'arbitraire aux seins populaires

A fait de nos besoins primaires

Un lait caillé de brebis lessivées.

Par nos débauches princières

Par les saufs conduits sécuritaires

A taire la simple pensée

D'opinions libertaires en incendiaires

Aux lois mammaires qui profanèrent

La fraternité humanitaire de nos frères.

Sages y terrent l'embryonnaire air

Enchainés pour enlacer la familiarité

D'une intimité où le libre arbitraire

Est devenu laisser aller au calvaire

Mais

Rien ne sert de pleurer

Jalousement mais si courtoisement créée

Flattés par un égo dimensionné,

De notre confort nous avons fait

Dépendance rance à l'avarice nourrice

D'abondance de nos caprices

Tendent aux précipices de ne pas piper

La liberté…

Report this text