David

Skander Dar El Jadid

Exoplanètes à la tonne

La marée d'astres, la criée d'observations

Portent à la lumière des écrans

La pêche d'une campagne de trente ans

Des Jupiter chaudes à l'étal

Des océaniques enferrées

Une terre pourtant

Où la plainte des roches

Et les rides de mer

Se parent de psaumes

 

Tu dis que

Le monde est si petit 

Un coup de dés dis-tu 

Dans le brouhaha d'un Vegas galactique

J'habite un hasard bleu

Où les ombres des vallées se courbent 

pour le repos de bergers

L'un d'eux chanta la gloire sous l'orage

Ses consonnes veinent encore

Le souffle du monde

 

Tes filles diront peut-être ses mots aux Geysers d'Encelade

Les voiles photoniques de tes fils 

Fendront peut-être la houle cosmique

Sur l'épaule de son chant

Je ne sais si d'autres mondes écoutent notre monde

Mais je sais la louange qui n'en finit pas de naître.


Report this text