Découvertes

expectative

Je désire, mon ami,
t'accueillir un soir
t'habiller d'un bandeau noir
Non pour ôter la vie
Juste t'émouvoir

De mes mains sur ton corps
Ôtant ta chemise
De mes coquines bêtises,
Glissant sans un effort
de douces friandises

Laisse-toi donc guider
Que tes pensées s'envolent
Et que tes sens s'affolent
Laisse les gambader
Entre mes bras frivoles

Tes habits tombent à terre
Dévoilant la douceur
De ton corps nu charmeur.
Je ne puis que faire taire
mon habituelle pudeur.

Ma bouche est entrouverte
Approche ta peau.
Une main dans le dos
Part à sa découverte
Musant de bas en haut

Mes lèvres vous embrassent
Goûtent votre parfum
Plongent dans le ravin
Qui entre vos seins passe
Pour apaiser ma faim

Sur tes grains de beauté
Ma langue se promène
découvrant ces domaines
que tu gardais voilés.
Je suis captivée, en perdre haleine

Tes rondeurs je découvre
En les suivant des doigts
Je poursuis sur tes bras
Que mes baisers recouvrent
Sous le jour qui décroit

A genoux je descends
Et ma bouche te baise
Créant des frissons d'aise
Que mes doigts indécents
En aucun cas n'apaisent...

Je descends prestement
A ton secret amphithéâtre
à la saveur douceâtre
Je goûte goulument
Pour attiser cet âtre

Je l'entends qui murmure
Mille de tes désirs
Je vois ton gland rosir
Relâcher son armure,
Je suis excitée par tes soupirs

Dans la raie de tes fesses
Je fais glisser deux doigts
Qui rejoignent là-bas
Ma langue et ses caresses
Pour quelques jeux à trois

Tes cuisses se desserrent
Pour m'accorder l'accès
A ta virile intimité.
Mes mains comme des serres
S'accrochent à ton fessier

Pour ne plus le lâcher
Jusqu'à ce que mes lèvres
Sentent couler la sève
D'un plaisirs déniché
Au fin fond de tes rêves.
Report this text