Demi-songe

Francis Etienne Sicard Lundquist

Sonnet

Dans un feuillet de sable où niche du corail

Le souffle d'un soupir s'échappe d'une vague

Entourant de cristaux le chaton d'une bague

Dont l'éclat éclabousse un morceau de vitrail.

 

C'est le soleil levant aux portes du sérail

Qui verse de l'argent sur le fil d'une dague

Et perce le sommeil d'un homme qui divague

Entre des mots perdus au bord d'un soupirail.

 

Sur le marbre des toits des morceaux de mirage

Colorent l'aube impure aux reflets d'un vitrage

Maculé par la pluie et ses graines de sang.

 

Puis poussé par la soif un oiseau du feuillage

Vient picorer le jour sur le dossier d'un banc

Enchanté de frémir à cet enfantillage.

 

Francis Etienne Sicard Lundquist ©2017@Shortédition

 

 

  • Très joliment décrit, avec cette note vivifiante apportée par l'oiseau et la vie qu'il incarne.

    · Ago almost 3 years ·
    Coquelicots

    Sy Lou

    • Merci beaucoup pour une note qui encore une fois me prouve votre intérêt votre plaisir et votre joie à lire ce ces textes que je publie. Merci encore de tout cœur cordialement,
      Francis Étienne

      · Ago almost 3 years ·
      Vitraux de songes 2 version papier

      Francis Etienne Sicard Lundquist

Report this text