Départ

aile68

Têtes baissées, les yeux fermés, on se souhaite de se revoir, nos mains se touchent à peine du bout des doigts de peur de tout gâcher, de faire exploser des émotions si fortes qu'on a peur de respirer ou de soupirer. C'est l'heure de se quitter, le train va partir, mais qu'il parte à la fin, ou qu'on arrête le temps à jamais afin de marcher main dans la main, en souriant comme au premier jour où nous sommes nés l'un à l'autre. Je préfère flotter avec toi encore dans la rivière du matin brumeux où la nuit se termine frileusement. Ensemble nager et chahuter, retrouver notre liberté dans le plein des vacances d'un été beau et immobile où les jours se reflètent dans un amour qu'on craint de voir finir avec le départ tant redouté. Résignée, je te laisse partir dans mon jean délavé, moi je tire sur ta chemise trop grande pour moi pour empêcher mes larmes de couler. La saison est presque finie, je me trouve dans une gare que je ne connais pas, je te laisse partir dans ton pays que je ne connais pas. Assis du côté vitre tu me regardes une dernière fois avec un visage torturé par la douleur. Bruits de portières qui claquent d'un coup sec, je me demande si malgré nos larmes nous avons vu le dernier signe que chacun adressait à l'autre.

  • Tu traduis bien les douloureux ressentis d'un départ sur un quai de gare... espérant que cet au revoir ne soit pas le dernier...je dois être trop romantique )

    · Il y a 13 jours ·
    W

    marielesmots

    • Merci marie! Les quais de gare m'ont toujours inspirés!

      · Il y a 12 jours ·
      Coucou plage 300

      aile68

Signaler ce texte