detachment

badlands

Poupée insignifiante. Elle était vide et poursuivait sa vie sans jamais se faire voir. Fragile et seule, elle regardait celle des autres avancer. Regardait les gens rigoler, s'amuser sans jamais y participer. Elle ne se faisait jamais remarquer. Elle avait peur des autres, de leurs regards. Elle esquivait les yeux, ignorait les mots. Surprotégée, elle s'était retirée derrière une carapace épaisse. Elle s'était coupée de tout, s'était voilée de mystère. Mais personne ne creusait jamais. Elle se laissait aller, oubliait ce qu'y s'y trouvait, se perdait. Passive et toujours mélancolique. Telle une poupée de verre peinte à la main, aux expressions figées, posée sur une étagère, poussiéreuse.

Report this text