Duo inachevé (où êtes vous, Madame ?)

astrov

Il y a un bon moment, avec une autrice (auteure) , nous avions tous deux, en messagerie privée, commencé un poétique échange "elle, lui", chacun(e) écrivant un quatrain, joli duo complice. Mais...
Mais, cette autrice, d'un coup, n'a plus donné signe de vie, avant que nous ayons fini notre duo. Disparue... Plus aucun contact.  Je reste le coeur lourd de cet échange inachevé. Alors, voici les quatrains existants, en hommage à vous, Madame, si vous vous reconnaissez...

                                      Duo

Lui, parlant d'elle:
Partir le plus loin qu'il me sied, le plus vite !
Disait-elle en se levant matin.
Fantasque, elle ne l'était que trop,
De bonne grâce accueillant les câlins.


Elle, parlant d'elle ou de lui:
Il s'en-rêve dans d'immobiles boléros !
Partir le plus loin qu'il me sied, le plus vite !
Sans qu'aussitôt il ne pense dans son droit-fil:
Fantasque, elle ne l'était que trop.


Lui, parlant d'elle:
Ebloui de la voir en gitane cambrée,
Bruyante sans mesure, provocante allumeuse,
Il s'en-rêve dans d'immobiles boléros,
Vaincu d'avance, abhorrant l'audacieuse.


Elle, parlant d'elle ou de lui:
Bruyante sans mesure, provocante allumeuse,
Il se prend à l'accompagner sur son aventureux tempo.
Titillant le fil de sa corde joueuse,
D'un pizzicato, il instille un nouveau crescendo.


Lui, parlant de lui:
Titillant le fil de sa corde joueuse,
Artiste musicien, il croit maîtriser le tempo,
Mais non, mais qu'il est sot ! Ignorant le solfège,
Il est tout éperdu ! Elle le contemple, rieuse...


Elle, parlant d'elle ou de lui:
Il est tout éperdu ! Elle le contemple, rieuse...
Ni vaincu, ni vainqueur, étourdi de cette lice,
Et cueillant les ris titilleurs de l'arrogante délictueuse,
Il déploie les couleurs satinées de leur joute complice.


Lui, hissant le drapeau blanc:
Ni vaincu, ni vainqueur, étourdi de cette lice,
Il sollicite une pause, un répit, un repos.
Mais la Gitane outrée lui chuchote des mots
Bien faits pour redonner vigueur. En avant !


Elle, défaisant un de ses bas:
Il sollicite une pause, un répit, un repos.
Sa complice y consent. Et, du geste et des mots,
Défaisant un bas et lui nouant sur les yeux,
Le prépare en le lutinant à un nouveau jeu.


Lui, de nouveau ardent:
Défaisant un bas et lui nouant sur les yeux,
Sa Complice croit le dominer. Oh ! Naïve !
Mais lui sait, de ses doigts subtils, ingénieux,
La caresser, soumise, dérivante, lascive.


Voilà... Ces quatrains écrits à deux, qu'ils aillent vers vous, Madame. Et... vous fassent revenir ! Pour que nous en ajoutions d'autres.
                                                                                   Edouard Huckendubler


  • Je découvre ce duo, la dame vous a inspiré de très beaux vers. La 8eme symphonie dirigée par Bernstein est un choix réussi

    · Ago 15 days ·
    Euterpe

    euterpe

    • Je suis lu par la Muse de la Musique ! Grand merci !

      "Euterpe au concert
      A un tendre sentiment
      Pour le chef d'orchestre"
      (Haïku astrovien de bienvenue !)

      Ben oui ! J'adooore les haïkus.

      · Ago 14 days ·
      Oiseau... 300

      astrov

    • Euterpe nourrit des sentiments c'est vrai mais les haikus n'en font pas partie!

      · Ago 14 days ·
      Euterpe

      euterpe

Report this text