En attendant demain...

calx

"  "Un vers se perd sur les nuées d'une porte close, Chiffonée dans un revers, pliée comme naguère

Une feuille marquée par les choix qu'on propose :

Qu'est-ce que vivre s'il faut les fers?

Qu'importe la tristesse des verbes pompeux

Des Césars dévoyés et des va-t-en guerre

L'on rêve de nouveaux jours heureux

Et de faire taire Jupiter.

Alors dans le fracas des zincs, à deux pas des bocks,

Des squares évanouis à la muse des docks,

Sans céder à l'instant, mais volant le mirage

On criera Liberté aux gamins d'un autre âge.

Et puis, riant du maître des horloges

On embrassera les jours qui s'allongent,

Et dans chaque théâtre, en première loge,

On pensera à les mettre parfois à la plonge.

Ce ne sont que des mots, mais ceux de demain.

Si l'heure est aux enfants sages Il n'y a aucun désir qui n'ait forgé de destin."

Report this text