ET SI JE VOUS PARLAIS DE DIEU...

carpe-di

"Le Royaume de Dieu est en toi, et tout autour de toi; pas dns les palais de bois et de pierre. Fend le morceau de bois, et je suis là; soulève la pierre, et tu me trouveras." JC - 1ere évangile


Je vais ouvrir un chapitre que j'aime garder clos. Il n'est qu'un chapitre. Il n'est pas le livre. Cependant, il explique beaucoup de choses… mais il n'est plus. C'est un chapitre clos.

 

J'ai grandi dans une secte. The Magic Presence était le « Dieu ». L'entité vénérée. Elle n'était que le prolongement définitif des idéaux sur lequel se basait ce « religion ».

Inspirée de nombre de divinités, prophètes, dieux d'autres religions, croyances, ou même royautés : l'adepte devait s'affirmer dans un cadre et répondre présent aux besoins du Grand Directeur Divin – qui n'était qu'un homme, soit dit en passant ! Un homme qui nous demander de nous purifier en vidant nos comptes, ainsi le sien gonflé à bloc, il renforçait sa notoriété et sa puissance. Je suis ici très ironique face à la situation, méprisante à l'égard de cet homme, honnête en vers vous.

Des « représentants », sorte de porte-paroles, venaient la prêcher. Rendez-vous en Suisse à Zurich et Lausanne. Marseille aussi, rue Paradis. On les appelait « Docteur ». Les seules notions scientifiques qu'ils pouvaient éventuellement faire que ce nom leur collait à la peau… étaient leur QI et leur facilité déconcertante à dépouiller les comptes et à compter les Dollars…

Donc j'ai grandi dans une sorte de shiisme perpétuel où ce que l'on nomme « Religion » et « secte » se faisaient la guerre à travers mon père et ma mère, mes grands-parents et les coutumes.

Mon frère aîné et moi avons été élevés sous deux cultes… l'un se faisant en français et latin, l'autre en américain.

Nous avons grandi dans la perpétuelle hypocrisie de cacher qui nous étions – surtout notre père. Il ne fallait parler de cela à personne à l'école (surtout pas à l'école)…

L'Ecole où nous allions était une Ecole Privée, mon père enseignait au Collège de cet établissement. Donc il fallait faire bonne figure. C'est là que j'ai appris l'art de dissimuler mes émotions et de me cacher du regard des autres. Mon père fut un excellent exemple de déloyauté envers lui-même ; quand à ma mère, une parfaite femme au foyer qui un jour s'est levée contre l'oppresseur… Et comme elle l'a fait, je l'ai fait à mon tour. Je suis devenue par la force des choses une contestataire… je l'étais gamine, mais ne sachant pas ce que je ressentais et étant sincère avec mon cœur et mes pensées je me prenais des baffes… le silence est la meilleure arme des Dictateurs.

Il s'est avéré que le silence et moi… ça a toujours été délicat. J'ai toujours aimé exposer mes pensées, j'ai toujours aimé dire mes sentiments, j'ai toujours aimé suivre mon cœur…

Bref. J'ai toujours aimé prendre des baffes… puisque on ne peut s'affirmer dans la douceur !

Quoi qu'il en soit. De mon enseignement religieux, je retiens beaucoup de choses.

Que l'on soit pratiquant d'une Religion – au sens le plus noble du terme – ou adepte d'une secte, d'une manière où d'une autre, nous nous trouvons toujours face à un cadre qu'il faut suivre. De ce cadre, il est impossible d'être individuellement.

Qui que ce soit, je ne pense pas qu'il y ait un homme ou une femme sur cette Terre qui soit l'incarnation idéale d'un enseignement religieux.

La religion, sous toutes ses formes, ayant été prophétisée a subi l'impact, l'influence d'une personnalité. Et de ce fait, nous ne sommes pas censés nous retrouver dans une religion mais nous y intégrer.

J'entends par là prouver aux autres et à soi-même que l'on arrive à être ce que l'on attend de nous.

Je prends pour exemple le jour où le père de mes enfants m'a demandé de me convertir à l'Islam. Moi amoureuse, je serais partie dans le délire – un temps – s'il avait su me convaincre. Je lui ai simplement demandé ce que la femme devait faire. Il n'a pas su quoi me répondre. Par contre, comme j'étais légèrement avisée quand même, je lui ai demandé ce qu'elle n'avait pas le droit de faire. Je l'ai arrêté quand il a commencé à me parler des sourates que je devais suivre à la lettre pour être une femme d'honneur et espérer le paradis.

J'étais une femme d'Honneur pour supporter le fait qu'il me trompait et buvait comme un trou et ne respectait pas ses enfants. Donc là, déjà je marquais un point, mais n'étant qu'une femme… Suivre à la lettre : c'est le genre de phrase auxquelles je suis allergique. Surtout quand c'est quelqu'un qui « m'aime » qui me dit ça. J'ai toujours été libre de mes pensées, je ne rentrerai dans aucune autre prison sans m'y être mise moi-même. Le paradis… si seulement il savait.

Du coup j'ai refusé avec un argument qui a fait mouche, il venait de mes tripes, de mon estomac : "je ne me convertirai jamais puisque je ne peux pas manger de saucisson!"

Vu le taux élevé de ma gourmandise... il savait que j'étais sérieuse! Quelque chose de si bon ne pouvait être qu'une empreinte divine!

Et c'est en cela que je ne me retrouve pas dans la religion… parce qu'aucune religion n'est à même de me donner ce que je cherche.

Par ailleurs, la vie m'a donné des réponses que même la religion ne peut dévoiler ne peut expliquer. J'ai une foi innébranlable en la Vie et la Beauté et tout ce qu'elle a de plus noble. La Vie ne se justifie pas parce qu'on suit à la règle chaque étape qui se doit…

Non, cela va au-delà.

Nous avons tous un parcours différents, personne n'est assujetti à la même vie. Nous avons nos joies et nos peines, tous, mais, il y a quelque chose, c'est que de nos joies nous tirons un Bonheur intense et de nos peines des leçons, qui lorsque elles sont entendues, nous procurent de la joie, et enfin, nous atteignons le Bonheur.

Je me prends pour exemple, c'est plus simple et je n'ai pas à chercher midi à 14 heures.

J'ai porté 5 enfants, 3 sont vivants, je ne suis pas mariée et cherche du travail. J'étais propriétaire avant ma majorité.

Ma meilleure amie : elle a 2 enfants pour en avoir porté 2, s'est mariée à 31 ans avant d'avoir des enfants, avant s'était pacsée pour acheter sa maison, avant avait obtenu un CDI, avant s'était fiancée à 20 ans.

Donc, de ces deux personnes, aucune n'a la même vie, n'a la même destinée, même si nous marchons à côté l'une de l'autre depuis nos 12 ans.

Elle aurait dû/pu m'influencer et inversement.

Sa seule influence fut sur les garçons… et encore…

J'étais moi, elle était elle, nous nous aimons avec nos défauts et nos qualités. Et c'est ainsi que je l'aime, sinon elle ne m'apporterait rien dans cette aventure…

Je vis dans une certitude : « Le royaume de Dieu est en nous, et tout autour de nous. Pas dans les palais de bois et de pierre. Fend le morceau de bois, et je suis là ; soulève la pierre, et tu me trouveras. »

Nous sommes chacun une part de « Dieu ». Nous sommes Dieu. C'est assez tiré par les cheveux, et je sais que mes propos peuvent paraître extravagant, mais dans la théorie que j'essaye d'étayer, c'est ainsi que je vois la chose. Je ne suis pas en train de partir sur un délire mystique limite ésotérique… Il y a une autre part qui mériterait approfondissement et explications, mais… Bref. Nous avons tous une route à suivre, un chemin qui nous est tracé. Nous sommes des entités que nous appelons « Individus ». Ces individus que nous sommes sont à même de s'enrichir les uns les autres. Nous sommes l'alpha et l'oméga. Nous nous complétons. Indispensables les uns aux autres…

 

Enfin, je voulais que vous sachiez, que ce que je viens d'exprimer, est ma pensée, ma vision. Je respecte les personnes qui croient en Dieu et qui pratiquent, si elles sont heureuses, si ils se retrouvent personnellement.

Peu m'importe la religion tant que nos cœurs sont guidés par l'amour et non dans l'objectif de prouver que l'on a raison ou que l'on est mieux que…

J'ai vu les ravages qu'une secte peut avoir sur une famille, au même titre que la Religion. Mais j'ai vu aussi, des gens être heureux dans les vies qu'ils s'étaient choisies… le problème a commencé lorsqu'ils ont voulu imposer aux autres leurs choix.

Je suis une femme libre, personne ne dispose ni de mon intégrité physique, ni de mon intégrité morale.

J'aime apprendre des autres et de leurs visions ; j'aime les écouter car leurs Vies sont tout aussi importantes que la mienne.

Voilà, je vous ai parlé de Dieu…

Merci de votre lecture.

  • C'est la deuxième fois que je lis ton texte que je trouve fort bien écrit.
    Tu connais ma pensée sur " les religions ".
    Je voudrais citer Balavoine: " les religions ont fait de moi un non croyant ", c'est mon cas.
    Pour moi toutes les religions sont des sectes.

    · Il y a 11 jours ·
    Visage etaine eire capture %c3%a9cran

    Etaine Eire

    • Merci Etaine de ta relecture. Je vais au delà de la non croyance. Il y a quelque chose. Mais je ne peux l attribuer à 1 seule religion. Mais à un ensemble qui fonctionne ensemble. Cela reste ma pensée... sache que je respecte sincèrement la tienne. Bisous ;)

      · Il y a 11 jours ·
      Aaaaa

      carpe-di

  • Perso je suis croyante et ne m'en cache pas mais me sens totalement libre de toute pratique et dans mes pensées, n'ai jamais mélangé foi et pratiques humaines, forcément faillibles et perfectibles. Mon libre-arbitre de Verseau reste inébranlable tout comme la foi joyeuse du charbonnier qui est en moi. Pour moi la spiritualité est partout quels que soient le nom ou les apparences. Après chacun est libre à mon sens de la trouver au bord d'un torrent, dans des livres ou dans un regard ami...je ne considère la foi que comme un degré d'ouverture et d'amour, de confiance et de liberté intérieure, ce qui est donc incompatible avec des dérives extrémistes, austères, privatives de liberté ou de pensées...

    · Il y a 11 jours ·
    Img 1518

    divina-bonitas

    • J'aime beaucoup cette vision. Elle est très appaisante et appaisée. Je suis heureuse de vous llire et de voir que c'est encore possible.
      Merci beaucoup.

      · Il y a 11 jours ·
      Aaaaa

      carpe-di

    • J'espère oui que c'est possible! Mais c'est vrai, j'ai cette chance incroyable d'y croire toujours et encore tout en me sentant totalement libre et détachée de tout dogme. Je me suis toujours laissée guider par mon instinct et mon intuition: quand je sens que c'est bien et bon, je prends, sinon je passe ma route. Plusieurs fois il m'est arrivé de quitter des églises parce que je n'étais pas d'accord avec des sermons. Peu importe ce que les autres ont pu en penser. J'ai une confiance absolue en l'amour divin qui comprendra et sait justement que l'amour est une force inconditionnelle à mille lieues de paroles moralisatrices, culpabilisantes, parfois totalement déconnectées de la réalité en plus.

      · Il y a 11 jours ·
      Img 1518

      divina-bonitas

  • Être libre et ne pas imposer ses choix aux autres. OUI !
    Ajoutons: aimer et aider les autres sans espérer qu'un "Paradis" vous récompensera.
    Belle journée, M'dame carpe !

    · Il y a 11 jours ·
    Oiseau... 300

    astrov

  • Avec de simples mots, je peux te dire que je suis en symbiose avec toi Carpe ! Dieu c'est l'homme qui peut aussi se transformer en diable !!
    A l'origine, je suis catholique puisque baptisée, communiée, mais à présent complètement athée !!
    Dans ma famille, aucun croyant, (Ah, si une cousine), mais les traditions ont la vie dure. Bon, embarquée là-dedans, dès mon plus jeune âge : catéchisme et messes à gogo, j'ai cru que là-haut un être bienfaisant (ou bizarrement indifférent à la détresse du monde) invisible, planait, tout puissant. J'y ai cru comme un enfant peut croire au Père Noël, mais dès l'âge de douze ans -il était temps- ma naïveté s'est évanouie comme neige au soleil, vu que le dieu en question n'apportait pas de réponses à mes petites angoisses.
    Les sectes : pour moi le catholicisme en est une. Evidemment, à notre époque, c'est différent alors qu'au Moyen-âge, le peuple était asservi, terrorisé par la crainte de la punition céleste. Et puis tous ces peuples africains, réduits en esclavage, que l'on fouettait tout en leur inculquant l'évangile...Quand je dis qu'à notre époque tout est différent, ce n'est pas le cas pour d'autres religions qui asservissent toujours les gens, même en douceur. Sans parler bien sûr de ceux qui s'en servent comme prétexte à leur violence.

    Inutile de te dire que je n'ai pas fait baptiser mes enfants, mais bien sûr, je n'aurais pas trouvé à redire s'ils étaient devenus croyants. D'ailleurs si la religion peut aider à vivre, pourquoi pas !!!

    Bravo et merci pour ce texte carpe-di !

    · Il y a 12 jours ·
    Louve blanche

    Louve

    • Merci beaucoup Louve pour ton témoignage et ton avis sur la chose. J'apprécie beucoup!
      Il y a un livre : RACINES que j'ai trouvé dans une brocante. Ca traite de l'esclavage... mes enfants pourront se faire une idée du monde, de ce que nous sommes de ce que représente Dieur.... ils ont accès à tous les livres de la biblithèque. Ils se forgeront leur avis pour trouver leur voie. je les motiverai toujours à échanger et écouter les autres...

      Merci beaucoup.

      · Il y a 12 jours ·
      Aaaaa

      carpe-di

    • Ce titre de livres me dit quelques chose....
      Dernièrement, j'ai lu : "Bakhita" de Véronique Olmi qui traite de l'esclavage. L'histoire d' une gamine enlevée dans un village. En fait cette gamine a vraiment existé. Et puis il y a aussi : "CHER BON DIEU" d'Alice Walker. L'histoire de deux femmes noires séparées dès l'adolescence. Un roman poignant.

      · Il y a 11 jours ·
      Louve blanche

      Louve

  • Né dans une famille athée où la religion n'était ni un problème ni une solution j'ai la chance de n'avoir jamais eu a me prononcé sur une conviction et donc de toujours être dans le questionnement en libre pensée.

    · Il y a 12 jours ·
    Chainon manquant

    dechainons-nous

    • "prononcer"

      · Il y a 12 jours ·
      Chainon manquant

      dechainons-nous

    • C'est en effet le cas de mes enfants... ils choisiront!
      Merci beaucoup de votre commentaire!

      · Il y a 12 jours ·
      Aaaaa

      carpe-di

  • S'agit-il de Dieu ou de la religion ? Les religions peuvent détourner de la foi et de Dieu par leurs façons de contraindre et de brimer, brider, réduire en péchés les aspirations aux bonheurs hédonistes. Dieu, pour celles et ceux qui y croient, peut se situer ailleurs, dans une relation beaucoup plus connectée au "Grand-tout". Voir l'exposé de Frédéric Lenoir "Le miracle Spinoza" sur Youtube. Peut-être un jour j'écrirai sur ce que je pense de "l'idée-dieu".

    · Il y a 12 jours ·
    Default user

    Christian Lemoine

    • C'est bien pour cela que je cite "le royaume de dieu est en toi..."
      C'est ien cela. la religion est un prétexte à beaucoup de choses.

      · Il y a 12 jours ·
      Aaaaa

      carpe-di

  • Bonsoir. La franchise est une valeur cardinale ; sans doute mène-t-elle à la confiance. Je respecte trop ce texte pour ne le lire qu'une fois. Nous sommes tous trop pressés. Je vous dit à bientôt.

    · Il y a 12 jours ·
    Autoportrait(small carr%c3%a9)

    Gabriel Meunier

    • See you later alligator!
      Et merci de votre passage, ainsi que votre commentaire.

      · Il y a 12 jours ·
      Aaaaa

      carpe-di

    • Citer Bill Haley... ça c'est la grande classe :) :) :)

      · Il y a 12 jours ·
      Crayon

      Alain Cattiaux

    • Bill haley ?

      · Il y a 12 jours ·
      Aaaaa

      carpe-di

  • http://welovewords.com/documents/religion-s

    · Il y a 12 jours ·
    Gaston

    daniel-m

Signaler ce texte