Eve...

Patrick Gonzalez

peinture E.Hopper

Tant de mal à le dire, à le vivre, à l'écrire,

ce trouble, ce tourment, cet élan invisible,

ce souffle de la chair, ce désir indicible.

comment vous l'avouer et comment le décrire.


Te voilà de peau nue, courbes tendres, lascives,

le corps parcouru de cette étrange houle,

belle en songes humides, comme Eve au premier jour..

Report this text