Fait divers... ou la stupidité meme en sonnet

onizuka

Posé paisiblement le long de la rivière

En pleine image d'Épinal de poète

A siroter une fraiche petite bière

Au bord du canal c'était chouette

Quelques adolescents descendus du quartier

Étaient tranquilles et nageant à se rafraichir

Quand une escouade de trois policiers

Vint tout simplement... le leur interdire

Contrôle d'identité et rappel à la loi

Pour ces jeunes complétement cois

Qui n'avaient que maillots et T.shirts

Comme quoi un simple arrêté municipal

En plein été me laisse le visage pale

Ecoeuré que la loi puisse servir de chiottes

Onizuka

Signaler ce texte