Formalités

Jean Claude Blanc

témoignage guère reluisant d'un ancien O S du social; c'était avant la crise...qu'en est-il aujourd'hui? je n'ose l'imaginer

                      Formalités

 

Trois enfants à nourrir, et seule à bosser

Je fais quelques ménages pour garnir la marmite

Le mien, il est malade, par le crabe pris en grippe

Perçoit des prestations, quelques maigres deniers

 

La caisse d'allocations, je dois bien m'y pointer

Toujours pleine de monde, faut prendre son ticket

Quand arrive mon tour, on me dit faut passer

Par la case AS, d'abord m'identifier

 

N'ont pas que ça à faire, laborieux fonctionnaires

Tellement sont débordés, de tâches routinières

A force de dégraisser les services publics

Voilà ce que ça donne, des dossiers sur la pile

 

Même les plus tenaces, finissent par renoncer

Au restaurant du cœur, ils vont faire leur marché

Elle a un coup dans l'aile, France solidarité

Y'a bien que les édiles qu'en flattent les bienfaits

 

Fini par rencontrer, la dame du social

Fallut prendre rendez-vous, suis pas la seule, hélas

Dans la salle d'attente, tous la même posture

Des mendigots rêveurs, qui espèrent la lune

 

Suis pas une assistée, je sais lire et compter

Mais dans tous ces papiers, je suis un peu paumée

Un peu d'aide, je vous prie, pour remplir mon dossier

Je ne veux pas d'argent, seulement être conseillée

 

Où c'est que j'ai mis les pieds, on va m'interroger

On commence tout d'abord par me décortiquer

Sur son ordinateur, l'AS doit tout noter

Ma première varicelle, jusqu'à mon pedigree

 

Putains de statistiques, à quoi ça peut servir

A son air désolé, je sens qu'elle est gênée

Dans notre société, on doit répertorier

Cas sociaux d'un côté, de l'autre simples usagers

 

Ça peut prendre des plombes, pour les cases, cocher

Pour peu que la bécane, se mette à rechigner

Là-bas à la maison, on m'attend pour manger

D'autant que l'infirmière, va pas tarder à passer

 

Enfin daigne me regarder, tout en croisant les mains

Qu'est-ce que je peux pour vous, (formule consacrée)

Mais y'a l'heure qui tourne, par quoi faut commencer

Au final, ne lui sers, qu'un bref résumé

Ça arrange tout le monde, car ça n'a pas duré

En une demi-heure, l'entretien est bouclé

Le principal au fond, j'ai eu ce que je voulais

Je reste un peu frustrée, n'avoir pu me confier

 

Retour à case départ, direction le foyer

Retrouver mes moutards et mon pauvre supplicié

Rallonge en fin de mois, prestation espérée

Çà aide à surmonter, ses détresses cachées

 

Si j'ai nouveau pépin, faudra recommencer

A l'administration, ressasser mon refrain

Salle des pas perdus, en simple prestataire

Mais mon intimité qu'est-ce que ça peut lui faire

 

En n'a pas pour longtemps, mon homme décharné

Veux pas le tourmenter, de ces formalités

Mais je dois résister, pas le droit de flancher

Mes gamins sont pas grands, ils n'ont rien demandé

 

Ainsi que ça se passe, dans la vie ordinaire

On est assujettis, de simples prestataires

Il en faudrait des psy, pour livrer ses soucis

Pas le temps de gémir, d'apaiser son esprit

 

JC Blanc         mai 2022 (souvenirs de mon métier O S) du social

Report this text