Fracas d'une tempête

Théo S.

Description d'une tempête, qui eut lieu lors d'une nuit obscure.

Le tonnerre grondait, caché par un ciel grisâtre, et qui jetait sa pluie froide. Son bruit terrifiant, celui de la foudre qui frappe sèchement une terre battue, s'entendait au loin, par un fracas effroyable, aussi tonitruant qu'un boulet de canon qui s'écraserait au sol.

D'un seul coup, aussi rapidement et brusquement que le son qui lui va, le tonnerre nous montra son habit d'éclair. Il foudroya en un vif moment d'une seconde à peine, aveuglant nos yeux effarés, collés aux fenêtres de nos chaudes maisons.

Puis, son vacarme de grondements sourds et graves continua, s'entremêlant au vent du caprice météorologique.

Ensuite, il se tut. On le pensait alors parti, mais, toujours par surprise, il revenait avec plus de rudesse encore.

Pour certains, il inspirait la terreur ; pour d'autres, la splendeur.

D'une violence sonore inouïe, il s'amusait avec son orchestre des cieux noirs. On s'imaginait être en pleine bataille, dans une trachée, où nos oreilles étaient agressées par les obus, arrivant en une masse monstrueuse. Les gouttes venaient en nombre, comme appelées par le son de l'orage.

Finalement, il se tut définitivement et laissa place à une marée d'eau glacée et au concert d'une averse et d'un vent capricieux. Pour moi, il représentait l'effroi et la magnificence en un état. Le pouvoir de la nature.

Signaler ce texte