Frangine

Swan Le Loup

Pauvre con. Le charme d'une rose vit sous tes yeux et tu ne perçois que la griffure des épines. Pauvre con. Son feuillage fane comme la passion. Ton quotidien la cultive et l'enracine dans la médiocrité. Pauvre con. Tu ne l'arroses guère mais la bassines de ta funeste existence. Pauvre con. A l'aube son arôme emplit encore tes narines. La chance se snobe chez les minables. Pauvre conne. Pourquoi m'idolâtres-tu encore ?

Report this text