Graines de feu

Christophe Paris

La véritable histoire....


Ils s'ennuyaient comme des mômes sans leurs smartphones, le cul posé dans l'herbe à en compter les brins. Les deux enfants du gardien du feu, Yahpluhkha chef de la tribu, en avaient assez de rester là comme deux courges bien que le mot n'eût pas encore été inventé. Profitant de l'absence soudaine de papa parti abriter le feu du clan d'un ciel au visage d'orage, la petite Sataprandra et Burhène, son grand frère, détalèrent en mode vélociraptor direction la pleine forêt. Les voici loin du village et de la colère du daddy certes, mais livrés à eux-mêmes à 11 et 9 ans. Ils avaient décidé de s'aventurer un peu plus loin que d'habitude malgré les mises en garde des parents sur les dangers environnants. Périls, se résumant somme toute à différentes bestioles avé des grosses dents de dedans l'intérieur de leur bouche et qu'ont toujours très faim. Mais point de grosses bébêtes à grandes canines, juste une paroi rocheuse aux teints beiges et brillants qui leur barrait maintenant la route de l'aventure. Les deux kids aux cheveux hirsutes avec tout plein d'os dedans pour faire joli, en furent très contrariés. Tout ce chemin pour finalement s'ennuyer encore, et s'assirent donc comme précédemment le cul sur du sable. Ils étaient arrivés dans une minuscule clairière au sol aride, pas plus grande qu'un trois pièces parisien, et parsemée de quelques touffes de cheveux de sol, grandes herbes sèches au look de dreadlocks. Buhrène remarqua aux pieds de la falaise un grand nombre de pierres orphelines issues de la paroi. Ils s'inventèrent alors le jeu de l'empilage. Des p'tis tas, des p'tis tas, et encore des p'tis tas, de ces cailloux qui coupent si on n'y prend garde. Buhrène érigea la première tour pour en montrer la technique à sa sœur. En peu de temps, ils avaient disposés çà et là des colonnes du plus bel effet à en faire rougir une expo d'art contemporain. Ils trouvèrent ça très joli, tout en étant triste de ne pouvoir le montrer aux parents sous peine de grosse crise d'autorité. Le jeu terminé, il fallait maintenant en trouver un autre. Sataprandra proposa de s'éloigner de la falaise en se munissant de quelques pierres pour les lancer au plus près du mur de roche. Après plusieurs essais, Buhrène, de rage de toujours être le plus éloigné, lança son projectile si fort qu'il se produisit un phénomène étrange. Ils n'en crurent pas leurs yeux, devant eux surgissaient des graines de feu. Chacun reprit un caillou en retentant l'expérience. À chaque impact, cette étrange poussière de lumière réapparaissait. Il ne restait plus qu'une seule pierre au sol et ces très jolies colonnes qu'ils décidèrent de conserver intactes. Ils tirèrent donc à la courte paille celui qui lancerait la dernière caillasse. Le sort choisi Sataprandra trop heureuse de narguer son frère. Mais le sort joue parfois des tours mauvais quand il fait son entrée. Son enthousiasme propulsa la pierre si fort qu'en jaillit une gerbe d'éclats de soleil embrasant instantanément les herbes sèches à proximité. Effrayés mais fascinés, interloqués mais curieux , ils restèrent plantés là conscients d'avoir créé du feu sans trop comprendre comment, alors que papa passait son temps à stresser pour abriter sa flamme. Quelle trouvaille, mais aussi quelle trouille, devant ce brasier qui dévorait tiges et branches. Vite. Partir. Ils prirent leurs jambes à leurs coups pour sauver leurs fesses et prendre une claque. Celle qu'ils reçurent à peine arrivés au village avant même d'avoir ouvert la bouche pour s'être éloignés, et celle qu'ils prirent après avoir ouvert la même bouche lorsqu'ils expliquèrent au paternel que la fumée noire la-bàs qui menaçait le village... bah c'était eux. Fort heureusement le ciel vint à la rescousse des deux enfants. L'énorme orage qui couvait avait décidé de pondre des gouttes aussi grosses que des œufs. Une fois à l'abri, le calme et la sécheresse revenus et le feu éteint, ils expliquèrent leur découverte à Yapluhka. Le père s'enflamma sur sa fierté de constater que sa progéniture reprenait le flambeau familial en y ajoutant une touche de modernisme, l'indépendance énergétique. Le chef embarqua toute la smala, direction la clairière magique. Arrivée sur place les femmes trouvèrent l'idée des colonnes fort gracieuse et proposèrent d'utiliser la technique pour se repérer en forêt. À cette époque, les maris écoutaient leurs moitiés, le machisme n'ayant pas encore été inventé. Ils acceptèrent donc à la condition d'en trouver le nom dans un pur souci d'équité. Ils baptisèrent la technique Cairn... Nom barbare certes, mais pour des cro magnons ça choquait pas. Les deux petits sauvageons montrèrent alors le phénomène aux anciens qui à l'époque n'étaient pas aussi sages que des sapiens. Passées les premières frayeurs comme lors d'une projection des frères lumières, les adultes commencèrent à chercher une technique leur permettant d'éviter de se trimbaler avec une falaise pour faire griller les steaks de mammouth. Tenter de reproduire le phénomène avec deux cailloux à taille humaine. Ce qui fût fait rapidement. Cette découverte des deux enfants changea la vie et le confort de la tribu, et même bien au-delà. Yapluhka conscient de l'avancée majeure de cette trouvaille passa sa vie à la transmettre à tous ceux qu'il croisait. Ils en firent de même jusqu'à nos jours le perfectionnant sans cesse pour nous permettre de profiter de son évolution ultime. L'arme qui crache du feu. Preuve une fois de plus du génie humain...

  • Une bien belle aventure croquignolesque voire cromagnolesque !

    · Ago over 5 years ·
    Avatar

    nyckie-alause

  • J'a-do-re !! je suis carrément fan de ces récits mêlant, méli-mélo malin, modernité et cro-magnonneries
    tâtonnantes.
    "les adultes commencèrent à chercher une technique leur permettant d'éviter de se trimbaler avec une falaise pour faire griller les steaks de mammouth."
    Là, j'ai même pouffé te dire !!!

    · Ago over 5 years ·
    D9c7802e0eae80da795440eabd05ae17

    lyselotte

    • écoute moi aussi quand je la relis j'avoue, j'aime le potache pas le potage me suis marré à l'écrire et c'est aussi grâce à toi que j'ai pensé à développer l'idée du mélange moderne ancien, j'aime vachement merci de ta pertinente remarque :) j'vais continuer mais si d'autre ont déjà bossé la-dessus j'kiffe grave :)

      · Ago over 5 years ·
      P 20140419 154141 1 smalllll2

      Christophe Paris

    • T'es bon ! T'sais quoi? quand on se fait rire, c'est bon signe !

      et moi une foisi ! j'avais écris ce petit délire pour mes comparses de souffrance au cours de taiso ! Le Vénéré grand Maître de mes douleurs diffuses (titre dont j'ai gratifié le prof après une heure de terribles exercices aux zélastiques)me l'a fait imprimer et distribuer à ses "adeptes". On a bien ri !

      http://welovewords.com/documents/lelastique-a-travers-les-zages
      J'en avais fait un autre sur l'art qu'avers Nicole (!!! prends ton temps pour le comprendre cuilà !) ou Janine je sais plus mais je n'arrive pas à mettre la main dessus !
      J'aime bien taquiner la préhistoire!

      · Ago over 5 years ·
      D9c7802e0eae80da795440eabd05ae17

      lyselotte

    • Petit conseil par contre ! essaye d'aérer le texte en y introduisant(!!!) des espaces et des mises à la ligne ! C'est plus zaisé à lire quand c'est aéré ! ; )

      · Ago over 5 years ·
      D9c7802e0eae80da795440eabd05ae17

      lyselotte

    • voui je sais la dessus grosse flemme :) je vais suivre ton conseil, je garde le lien z'irais le lire les reste aussi mais là j'écris pas mal enfin beaucoup je veux dire mais je viens de chopper une tablette , de quoi rattraper mon retard : ) bises ainourmes

      · Ago over 5 years ·
      P 20140419 154141 1 smalllll2

      Christophe Paris

  • C'est amusant... mais quand j'ai eu fini de te lire j'ai pensé au livre que j'ai lu... il y a longtemps: de Roy Lewis: Quand j'ai mangé mon père... Yapluhka si tu ne le connais pas...kissous

    · Ago over 5 years ·
    One day  one cutie   23 mademoiselle jeanne by davidraphet d957ehy

    vividecateri

    • oh mince je connais de nom lu queques pges mais en même temps ça fait plaisir la comparaison, le thème est pas original mais en ce moment chui dedans ça me fait marrer la prochaine c'est la découverte de l'agriculture :) bises j'écris à mort (roman+ autres concours) suis à la bourre en lecture (60 txt ) je rattrape ça à parir de demain ou ce soir si les mômes me vampirisent pas trop :)

      · Ago over 5 years ·
      P 20140419 154141 1 smalllll2

      Christophe Paris

    • Kissous mon beau!

      · Ago over 5 years ·
      One day  one cutie   23 mademoiselle jeanne by davidraphet d957ehy

      vividecateri

Report this text