h+1, m+1, s+1, x+1

eau10c

Équation estivale


Autrui, le bruit, les lits – qui grincent

Rêvé, réel, elle-même – se pince

Qui étais-tu ce soir d'été, si tendre

Ce pêcheur, caché dans nos méandres.

 

Avide, vie vide et vomie, inassouvie

Court moment, mais à jamais cette nuit.

Elle a tout donné ; piégée la jolie proie.

Il les a, lui seul, abandonnés à cet émoi.

 

La morale d'acier, polie depuis toujours

La fille banale criait « je suis poly en amour ! »

Pas de tromperie, pas de mauvais gens.

Seulement des incompris ; nos deux perdants. 

Signaler ce texte