Habitudes

euterpe

De merveilleuses habitudes peuvent devenir pernicieuses.

Une fois encore, vous m'avez surprise.
Une fois encore, j'ai eu droit à un petit déjeuner délicieux.
Je dormais quand vous m'avez réveillée d'un baiser dans le cou.
Je suis si heureuse que vous ayez mes clefs et puissiez venir à l'improviste.
Vous n'êtes pas content que je vous vouvoie, mais, face à vous, je ne peux pas utiliser le tu.
Quand je pense à vous, quand je vous écris ou quand je rêve, je vous tutoie.
Il faisait déjà chaud, même si j'avais laissé la fenêtre ouverte, même si je dormais toute nue.
J'aime me présenter nue devant toi.
Te montrer chaque parcelle de mon corps.
Danser, onduler, m'exhiber sous tes yeux.
Et toi suivre le mouvement de chacun de mes muscles.
du bout de tes doigts, tu longes chacune de mes courbes,
tu veux que je caresse mes deux mamelons.
que je joue avec les pointes afin qu'elles bandent,
comme tu le fais à merveille, quand tu masses mes seins,
quand tu les malaxes, et les pétris.
J'ai très envie que tu fasses glisser tes mains sur mes fesses,
que tu me dises de les écarter, que tu longes ma fente,
que tu pénètres mon antre secrète le plus loin que tu le peux.
Vous aussi, vous aviez chaud hier, votre chemisette était humide.
Quand vous êtes revenu avec le plateau, je vous ai enlevé votre chemise, vous souriez, j'aime tant quand vous me souriez.
Je voulais vous déshabiller, que vous soyez aussi nu que moi.
J'ai léché vos tétons, je percevais les effluves de vos aisselles.
Vos mains sur ma nuque, sur mes cheveux me font frissonner.
Et puis, pendant que je petit-déjeunais, vous examiniez mon ordinateur, les messages impudiques que je ne vous avais pas envoyés.
Et puis, après, vous m'avez laissé abuser de vous.
Report this text