Histoire d'eaux

aile68

Eau douce, eau de mer, iodée, de source, minérale, et de pluie, toutes les sortes d'eau sont un spectacle merveilleux, pour le corps ou le palais. Inventaire que la nature nous donne à faire, il n'en faut pas plus pour nous baigner de délice et de plaisir dans les mers et les océans recouvrant 20% du globe terrestre, la plus grande couverture minérale du monde à s'étendre et s'épancher sur notre chère Terre. Mais ce n'est pas tout, même les oasis sont de la partie, et les rivières et les ruisseaux, les fleuves, les matelots naviguent, flottent dans leur bateau à voile, clichés pour cartes postales de vacanciers. Et les poissons oui les poissons, rouges, noirs, multicolores, exotiques, flip flap sautant dans la mer ou les bassins pour touristes et étrangers, tournent et tournent comme dans un bocal  à la recherche d'un peu de liberté. Les fleurs de lotus et les nénuphars frémissants servent de base aux grenouilles qui sautillent de-ci de-là, sur l'étang bordé de joncs et de roseaux scintillants sous le soleil d'un été qui a besoin d'eau. Eau plate, gazeuse, pétillante, avec une tranche de citron rafraîchissante qu'on sert à la terrasse des cafés le long de l'avenue, la pause de midi ressemble encore aux vacances, pas si lointaines, enfermées dans leur boîte numérique ou dans leur cellulaire. Reconnaître que l'argentique donnait quand même des photos de meilleure qualité même quand elles étaient prises sous l'eau. Jeux d'eau, ronds dans l'eau, jets d'eau, pistolets à eau, tous ces amusements de l'été défient une canicule qui se décompose en mille gouttelettes irisées sur le front des enfants rieurs. Quand à la fin de la journée on secoue sa serviette, mille grains de sable rejoignent la plage, la mer et les coquillages.

L'eau on l'aime comme une douce caresse ou une vague qui nous éloigne du bord de mer comme un poisson voyageur qui vole, qui vole...

Report this text