Il était ...

gabin

Quand héritage rime avec partage.
Il était une fois un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaitre. Il était une fois les mercredis sans école. Il était une fois un petit garçon aux longues boucles brunes teintées d'ambre. Il était une fois un souvenir ...

À l'aube grisâtre d'une journée sans lumière, un petit garçon accompagnait sa maman et son frère aîné à destination d'un monde aux mille secrets. Parfois à contrecœur mais toujours avec ferveur, il s'envolait, durant quelques centaines de mètres, à destination d'un monde régentait par ses grands-parents ; ironie du sort, simples métayers. 
À l'heure où la rudesse des travaux agricoles appelait tous les sujets de la famille à son chevet, ce "p'tit fieu", à l'intérieur, devait se cantonner. En effet, le frêle petit écuyer était bien trop désarmé face à l'ardeur de la pluie glacée d'au dehors. Non moins sans remords, il prenait place alors au sein du canapé de cuir nacré et idéalement centré devant la télé. Là même où d'autres combats endiablés l'attendaient. Ceux des Pokemon, crevant l'écran au gré des périples de Sacha et de son fidèle allié Pikachu.    
Sustenté, rassasié et goulûment goinfré de ces plaisirs animés, ainsi que de gourmandises biscuitées, le petit garçon, dans la cuisine, retrouvait les deux femmes de sa vie. Sa maman et sa mamie. À leurs côtés, l'héritier de sang s'apprenait, enfin s'amusait, aux joies de préparer la soupe et les pâtés. Sur une modeste table carrelée et nappée de nature, de terre et de bonne chair, il s'émerveillait des trésors que la ferme renfermait. En de certaines occasions, le privilège lui était donné d'éplucher, de couper et de sculpter ce que déjeuner serait. Au fil d'expériences détonantes et de sciences raisonnantes, l'harmonie entre légumes et viande porcine ou bovine se magnifiait du bouillon au four. De cette plaque en bois -dont il héritera bien des années plus tard- éreintée par les assauts intempestifs du jeune chevalier et de sa lame affûtée à l'assiette débordante de jovialité et de fierté. 

Dès lors que le frugale festin était englouti et la sieste repentie, le travail, encore, à la porte toquait tandis que la pluie, toujours, d'efforts redoublait. Une fois la vaisselle adoubée et que point d'argenterie à astiquer ou de repassage à effectuer n'étaient inscrits sur le registre des corvées, au monde des découvertes le petit garçon était à nouveau livré. Ainsi, sa quête se poursuivait là-haut, à l'étage, au pays utopique des songes. À l'intérieur d'un petit salon en guise de fief, il trônait avec aplomb sur son royaume. Un immense tapis ornant la dalle pour sceptre, un énorme buffet imposant son âge avancé pour château et une humble ampoule électrique emprisonnée, ensorcelée sous l'aspect d'une lampe à huile pour soleil au milieu de l'obscurité ; tout ceci agrémentait ce petit salon. Quant aux douves, elles se délimitaient en façade par cette passerelle céleste, escalier grinçant sous le poids de ses passagers et à la balustrade marbrée par les affres des années, et sur le flanc ouest par un étroit couloir. Venelle menant aux anciennes chambres des enfants devenus parents. 

Alors que les larmes divines continuaient perpétuellement à se fracasser sur la toiture mansardée, le petit garçon aimait déverrouiller le buffet tel un coffre fort afin d'en sortir les vieux manuscrits et les revues artistiques. Parcourant les pages des atlas, des encyclopédies et autres romans émargés d'Hugo, de Verne ou encore de Dumas, il s'égarait dans cet univers parallèle. Il s'éprenait et espérait pouvoir rendre justice sous le chêne aux côtés de Saint Louis, croiser François Ier au détour d'un dédale de Chambord, avertir Henri IV que Ravaillac allait bientôt surgir ou encore enfiler ses bottes de mousquetaire tel d'Artagnan et déjouer les complots de Richelieu et Milady.     
Une fois repu de ces odyssées épiques, il adorait embellir son Eldorado des couleurs éclatantes et enivrantes des toiles de Cézanne, Chagall, Rembrandt, Manet, Van Gogh, Gaugin, Renoir ou encore d'admirer la finesse de trait des natures mortes de Jean-Baptiste Siméon Chardin et celle des portraits de Merry-Joseph Blondel. Œuvres qui lui étaient d'ailleurs facile de contempler puisque la vétuste chambre de sa maman regorgeait de dignes reproductions de tous ces maîtres. Il s'y faufilait alors, retrouvait les précieux joyaux et tentait de son œil innocent de trouver les éventuelles différences. Mais il n'y parvenait jamais. 
Enfin, au terme de ses péripéties et avant d'enterrer à nouveau tous ses trésors, il lisait cette inconnue écriture griffonnée au dos de certaines toiles qui désormais, sagesse ayant besogné, lui reviennent comme le Let it be des Beatles et le Nicola and Bart de Joan Baez. 

Puis, souvent, l'escalier à nouveau grinçait tel un pont levis se baissant. Un appel, un retour à la réalité. Ainsi le grand roi redevenait petit écuyer et s'en allait vers une autre contrée. Celle dominée par son papa. Fort de ses exploits, le petit garçon lui racontait ses batailles, ses victoires et ses mille chemins empruntés à travers les époques. 

Un ultime festin emprunt d'humilité et il était l'heure d'aller se coucher. Point de troubadours car à la pointe du jour, il faudrait encore faire preuve d'une incroyable bravoure pour chausser ses souliers et son cartable endosser. Qu'importe, le petit garçon s'endormait en rêvant. Pas à renaître en l'écolier du lendemain mais bien en l'aventurier du mercredi prochain. 

Il était une fois un souvenir. Il était une fois un petit garçon. Il était une fois moi ... 

                                                                        À Ade et Luna et l'amour du partage.    
  • De beaux souvenirs qui me rappellent les miens plus anciens ; -)

    · Ago 4 months ·
    12804620 457105317821526 4543995067844604319 n chantal

    Maud Garnier

    • Merci. Qu'importe les années et le nombre de ces années, le temps n'efface jamais la véritable quintessence d'un délicieux souvenir. :-)

      · Ago 4 months ·
      Il %c3%a9tait une fois

      gabin

  • Un enfant des années 90...la team rocket s'envole vers d'autres cieux….J'espère que ta pokéball t'en offre de magnifiques! :0)

    · Ago 6 months ·
    Facebook

    flodeau

    • En ce moment, les cieux me sont favorables en effet. Merci de votre visite et de votre charmante attention ! :-))

      · Ago 6 months ·
      Il %c3%a9tait une fois

      gabin

    • Merci de vos souvenirs...mon fils m'en a offert du même moule! :0)

      · Ago 6 months ·
      Facebook

      flodeau

    • De rien, c'est toujours un plaisir ! :-))

      · Ago 6 months ·
      Il %c3%a9tait une fois

      gabin

  • Tu as magnifiquement figé ce souvenir. Il était, il est et il sera toujours. Tes lignes sont pleines d'une douce et belle nostalgie, on est embarqué avec ce petit garçon. Merci pour le partage et le voyage dans ton château fort.

    · Ago 6 months ·
    Ade wlw  7x7

    ade

    • Et que dire de plus, de mieux ou d'autre que Merci Ade !
      Sincèrement.
      Aujourd'hui, ce petit garçon est devenu homme sans château mais il a retrouvé ses forces pour affronter l'avenir à tes côtés, ceux de Luna et de beaucoup d'autres (enfin j'espère :-) ) !

      · Ago 6 months ·
      Il %c3%a9tait une fois

      gabin

    • Hé bien, cela fait plaisir à lire ! Merci beaucoup, et à présent cap sur l'avenir :))

      · Ago 6 months ·
      Ade wlw  7x7

      ade

    • En avant toutes ! :-)

      · Ago 6 months ·
      Il %c3%a9tait une fois

      gabin

    • Ah ah ! Yes !

      · Ago 6 months ·
      Ade wlw  7x7

      ade

Report this text