IVRESSE.

whispers

Du siècle dernier, les miroirs de l'estaminet, Ont des reflets d'or où nos silhouettes se voilent, À la barre du zinc, le patron un jeune minet, Nous sert et l'on trinque à la santé des étoiles ! Il porte le sourire des braves hommes, Qui s'engraissent sur nos soifs; Tandis qu'il empile de belle somme, Gaiement nos auréoles se décoiffent ! Lorsque frileuse la nuit se rallume, D'écopés cul-sec au comptoir; C'est à grand coup d'écume, Qu'il nous envoie tituber sur le trottoir ! (...)
Signaler ce texte