(Ivresses -) courir

Louise Mc.

Une forme nouvelle de violence grandit entre mes tempes bourdonnantes. A mesure que mes foulées s'allongent, ma vue se brouille. Chacun des impacts de mes talons sur le gravier fait écho dans le reste de mon corps, le secoue de manière heurtée, régulière. Suspendue au néant une infime seconde, je retombe au sol pour le quitter aussitôt. Il semble que je ne fais qu'effleurer la terre à chaque impulsion. Mon pouls s'accélère jusqu'à ne plus faire entendre que mon cœur se projetant contre ma poitrine. Elle va exploser. Ou bien mes poumons, braises désormais ardentes, donneront naissance à une flamme attisée par l'oxygène que j'inhale par larges bouffées. Un voile se cristallise devant mes yeux. Tout n'est plus que mécanique lorsque la pensée se fige, ménageant de la place pour l'effort inconsidéré que demande mon corps élancé par-delà lui-même. Mon rythme ne faiblit pas mais mes muscles hurlent de douleur. Tout semble ralentir alors que mon corps puise dans ses dernières ressources et je perçois la Limite, d'une proximité alarmante, mais que mon corps ignore. Seule la douleur qui jaillit de mes muscles déchirés à chaque foulée me rappelle à ma corporéité ; mais sourde à ses appels, je maintiens l'effort encore un peu. Quelques secondes, dont chacune paraît contenir une éternité. Le paysage s'est figé de part et d'autre de mon champ de vision, réduit à un chaos de couleurs floues. Mes paupières se sont faites translucides et sont retombées sous la violence d'une ultime saccade. Je vois à travers ce filtre que la courbe touche à sa fin.

Brusquement, mes jambes cèdent le pas à ma conscience enfin éveillée et je m'abandonne à une course légère. Cette allure me semble alors proche de l'immobilité, telle que celle j'avais perçue dans mon environnement le temps de ma course. Le vent avait soufflé si fort sous les plumes qui avaient éclos sur l'épiderme de mes jambes qu'elles s'étaient gorgées d'adrénaline : Ivresse des efforts poussés à leur plus lointaine extrémité.

  • Cela me rappelle un certain Haruki Murakami et ses écrits sur la course à pied...Joli!

    · Ago about 3 years ·
    51404 voda puzyri more pod vodoj 1920x1200 www.gde fon.com

    voda

    • ce nom m'est absolument étranger, mais je m'en vais me renseigner un peu ! merci pour la lecture en tout cas

      · Ago about 3 years ·
      Img 20171108 222709 252 (2)

      Louise Mc.

  • Je ne pratique pas la course mais la sensation m'est familière... jolie brève.

    · Ago about 3 years ·
    Siren

    hinareva

    • hm..merci beaucoup !

      · Ago about 3 years ·
      Img 20171108 222709 252 (2)

      Louise Mc.

  • L'ivresse dans la course, je connais ! Une brève qui nous la fait bien vivre.

    · Ago about 3 years ·
    Louve blanche

    Louve

    • ravie d'avoir pu partager la sensation !

      · Ago about 3 years ·
      Img 20171108 222709 252 (2)

      Louise Mc.

Report this text