Je ne sais pas pourquoi

Hervé Lénervé

Je ne sais pas pourquoi, je vous parle des filles ?

Je ne les aime pas !

J'en ai essayé une, une fois. Même avec une sauce très épicée, c'est pas bon.

Pourtant, elle était appétissante la gourgandine avec ses fossettes et son sourire à faire pâmer la Lune, pardon, le Soleil, m'ai gouré. Mais après, comme il y a toujours un après, on digère mal. Des aigreurs qui vous rongent l'organe de l'âme. On se sent indisposé à la vie pour le restant de sa digestion.

Bien sûr, il y a la mort de la Reine.

Je ne sais pas pourquoi, je vous parle de la Reine ? J'aime pas ça !

J'en ai essayé une, une fois. Elle était belle et m'appelait son prince charmant. Bien sûr, elle m'avait menti, mais je ne voulais pas le croire. Elle n'était pas Reine du tout. Ni sa mère, ni toute sa génération jusqu'à Henri IV, aucun n'avait été Reine.

Bien sûr, il y a la guerre en Ukraine.

Je ne sais pas pourquoi, je vous parle de la guerre ?

 J'aime pas ça !

J'en ai essayé une, une fois. En 68, sur les barricades à lancer des pavés sur une horde d'extra-terrestres, vêtus de noir, venus pour nous envahir. Mais je ne me souviens plus qui a gagné.

Report this text