Je veux encore

Troma Oz

Un jour j'ai rêvé ton absence

J'ai souhaité ton silence

Puis je l'ai entendu

J'ai vécu ce que j'ai voulu

 

Et je m'en veux encore

À chaque lueur de l'aurore

Moi je m'en veux encore

Du bruit de celle qui dort

 

Il m'a fallu des nerfs d'acier

Pour entendre tes délivrances

J'ai voulu t'aider à voler

Au-delà de la transhumance

J'ai entendu la complainte

De la jeune fille abandonnée

J'ai survécu à ces plaintes

Ces demandes inexpliquées

 

Et je m'en veux encore

Inspiré tort après tort

Je veux la voix encore

De la Belle au bois qui dort

J'ai tailladé nos espérances

J'ai fait crever nos plus beaux rêves

J'ai noyé toutes nos souffrances

Pour que nous devenions une trêve

Mais rien ne suffit à mes yeux

Nos visions restent parallèles

L'infini n'est qu'un autre aveu

De de l'illusoire citadelle

 

Un jour j'ai perdu

Sans compétition sans concours

J'ai perdu sans retour

Demain je me suis perdu

Tout seul au lever du jour

J'ai crevé tous les tambours

 

Moi je me suis perdu

Sans espoir de retour

Affalé mort et nu

Denier appel au secours

 

Et je m'en veux encore

À chaque lueur de l'aurore

Moi je m'en veux encore

Du bruit de celle qui dort

 

Un jour je pardonnerai

Et je tairai mon pardon

J'oublierai mes méfaits

Pour laisser dire ton nom

Un jour je te prononcerai

Négligemment dans une phrase

Un jour je te renaîtrai

Comme une infinie extase

 

Et je m'en veux encore

Inspiré tort après tort

Je veux la voix encore

De la Belle au bois qui dort

 

Absente

Je t'aime

Comme l'image de mon abîme

Présente

Je t'aime

Comme  miroir du mont Sublime

 

Et moi je veux encore

À chaque lueur de l'aurore

Ton corps contre mon corps

Défier le sourire de la mort

 

Report this text