Là.

meriem-ailleurs

Où l'air respire...
Là où la forêt et la neige recouvre la moindre parcelle de terre. Les bêtes dans leur fourrure et le regard louche, en un point d'interrogation fixeront nos mouvements pénibles qui s'enfoncent dans la neige. Nous irons où l'aurore nous achemine, Là où l'air respire. Là où le silence n'a pas mauvaise mine. Là où le cœur tam-tam. En observant les étoiles pavées de stalagmites, l’air un peu crétin c'est certain au regard de l'abîme. Respire à grand bol d'air cette magnificence qui fait ton ralenti, où tout murmure, où le geste est furtif, et l’amour des éclairs qui illuminent, là où s'ouvrent les horizons. Nous irons où l'aurore nous achemine, bien au-delà de l'exil. Nous nous reconnaîtrons à l'orée du rêve. Un peu crétin c'est certain au regard de l'abîme. Nous souffleront sur les bougies pour mieux nous entendre. Et nous taire.
Signaler ce texte