La chambre d'hôpital.

Etaine Eire

Je suis assise dans le fauteuil de la chambre dont l'accoudoir est légèrement cassé. 
Les murs sont d'un jaune pâle, trop jaune et trop pâle à mon goût.
Il y a une grande fenêtre que je voudrais ouvrir tellement il fait chaud.                                                                                                      Je n'ose pas, d'ailleurs je ne sais même pas si elle s'ouvre.
Ma fille aînée est revenu du bloc.                                                        Je l'appelle La Terre du milieu dans mes écrits.                              Elle dort apaisée, la douleur ayant disparue. 
Hier nous sommes arrivés aux urgences parce qu'elle était pliée de douleurs.                                                                                            Le personnel était en grève pourtant ils se sont occupés de ma fille rapidement et efficacement.
J'ai fait la connaissance de sa voisine, on a cinquante ans de différence.                                                                                              On fêtera notre anniversaire le même mois, elle aura cent ans.
Elle vit toujours à son domicile, il l'on opéré d'une appendicite.  Moi qui l'ai toujours je me dis que j'ai encore le temps avant qu'on me l'enlève.
On frappe et la porte s'ouvre.                                                              Deux employés pénètrent la chambre pour faire le ménage.
Elles parlent entre elles dans le darija marocain.                            Je suis transporté à trois mille kilomètres de cette chambre et surtout trois ans en arrière.
Hélas les hôpitaux ne sont pas les mêmes là-bas.                            Des souvenirs horribles remontent à la surface, je les chasse.      J'ai décidé de les enfouir parce que je veux tourner la page.          Il faut avoir vécu ailleurs pour réaliser que l'on n'est pas si mal en France. 
Je me fais quand même la réflexion à savoir si c'est normal qu'elles parlent une autre langue sur leur lieu de travail.              J'aime entendre les sonorités des langues étrangères. 
Mais je me dis que le travail c'est le travail et qu'il ne faut pas tout mélanger.                                                                                        Lui était aux abonnés absent, elle ne l'a pas prévenu.

Juin 2018.
Signaler ce texte