La confiance en soi dans le film "Lulu Femme Nue"

Nathan Maillefert

Retour sur "Lulu femme nue" dans le cadre d'un cours d'Intercompréhension à l'Université Lyon 2 - texte qui sera lu par une communauté internationale d'étudiants :)

"Lulu femme nue" nous propose le portrait d'une femme perdue, délaissée par son mari et incomprise par ses enfants. Cette femme après un entretient d'embauche infructueux va décider de s'exiler quelques jours afin de faire le point sur sa vie. Cette brève pause va devenir un road-trip à la française durant lequel Lulu va rencontrer des personnages hauts en couleur qui vont lui permettre de grandir, à la manière d'une quête initiatique. 

Lulu est une femme dans la quarantaine. Elle ne se sent pas libre dans sa vie ni libre dans son corps. Sa première rencontre avec un homme qui va la séduire et vouloir construire quelque chose avec elle va d'abord lui rappeler ce qu'est l'amour. Le titre Lulu femme nue va se vérifier lorsqu'elle va sortir de la mer complètement nue et à la vue de tous (ou presque), et surtout à la vue de cet homme. Elle reprend le contrôle de son corps que plusieurs grossesses ont changé, elle redevient une jeune femme amoureuse et libre, car ce n'est pas tant son rôle de femme ou de mère qui l'a changé, mais sa place dans ce monde. Pour sa fille, il est du devoir de Lulu de s'occuper d'elle. Elle est sa mère, elle ne peut l'abandonner, elle doit assumer son rôle. De même pour son mari misogyne qui place son confort avant le sien. Lulu est enfermée dans un carcan, dans une prison sociale qui l'oblige à se conformer à l'image que les autres ont d'elle. Car si ce film nous parle de la perte de la confiance en soi, c'est bien parce qu'il nous parle de nous et des autres ; de notre image à la vue des autres.

Ce nouvel amant amoureux est un homme simple qui ne se soucie de rien d'autre que de rendre Lulu heureuse, il ne se soucie pas de lui-même et veut seulement la combler, au moins pour un temps. C'est cela qu'il manque à Lulu ; des plaisirs fugaces, qui lui changeront les idées. Cet homme se présente comme un clown amoureux et c'est cette image d'homme maladroit et décalé face à la norme qui va aider Lulu à avancer... Jusqu'à la prochaine étape de sa quête.


La prochaine étape est une femme âgée. Lulu tentera de lui dérober son sac, car elle n'a plus de téléphone, ni d'argent, ni de quoi manger. Mais voyant cette pauvre femme, elle aura de la peine et lui rendra. Cette deuxième étape amène de nouveaux questionnements. Cette vieille femme est consciente de ce qui lui manque et de ce qui lui a manqué dans sa vie. Elle va demander un service à Lulu ; aller demander à une de ses vieilles amies de lui pardonner. Le pardon devient le thème central de cette séquence. Lulu veut d'abord se faire pardonner d'avoir voulu détrousser la vieille femme, cette même femme veut être pardonnée par son amie avant ses derniers jours. 
Lulu acceptera la quête, mais malheureusement, il est déjà trop tard et l'amie est décédée de vieillesse. Elle va mentir et ensuite elle aussi vouloir se faire pardonner... Si le pardon est si important, c'est parce que l'on se rapproche de la mort et des dernières choses que l'on retiendra de nous. Pour Lulu, cette étape représente son possible avenir. Si elle reste telle qu'elle est, elle va finir par regretter des choses dans sa vie et il sera définitivement trop tard. 
Le raccourci est facile pour dire qu'il s'agit non pas seulement de Lulu dont il est question, mais bien de tout le monde. Il ne faut pas regretter et profiter de sa vie, le message est même "Vis ta vie de sorte que tu aimerais qu'elle se répète éternellement" (c'est l'éternel retour de Nietzsche). 

Si cette question dramatique (et donc importante dans la narration) est la seconde étape et met en scène une vieille femme, c'est aussi pour remettre une fois de plus Lulu face à son rôle de mère. L'héritage d'une mère passe aussi (mais pas seulement) par ses enfants. Si Lulu veut devenir une femme libre, elle n'en oublie pas qu'elle est mère. Elle n'oublie pas ses enfants, même si elle s'accorde du temps pour elle. C'est presque un cri d'alarme afin d'appeler à leur considération. 
La confiance en soi passe par cette relation très amicale entre les deux femmes, presque une relation de mère-fille. Chacune a perdu confiance à cause des autres et chacune d'entre elle veut regagner cette affection. 

Cette transition nous amène alors à la troisième séquence principale, celle d'une jeune fille. Cette jeune fille n'est pas le seule personnage mis en avant, c'est une jeune adolescente travaillant dans un café et tyrannisée par sa patronne. Lulu et sa nouvelle amie du troisième âge vont aller libérer cette jeune fille. Une adolescente opprimée et dont les rêves se font écraser par une femme vénale et dont l'âme d'enfant a disparu depuis longtemps. Si une jeune femme en vient déjà à être persécutée, alors en tant que femme elle le restera toute sa vie... 

Ce film nous brosse des portraits de femmes indépendantes, ou qui le deviennent en prenant conscience de leur potentiel. J'ai jusqu'ici mis de côté la mise en scène, car les éléments importants de ce film sont déjà contenus dans les textes et dans les émotions transmises par ces personnages. Mais la réalisatrice Solveig Anspach met en avant les visages et le regard de ces personnes, qui au début sont plein de questionnements et finissent par devenir plein de tendresses. Des plans très réalistes, des musiques discrètes et des dialogues qui nous amènent à l'esprit des images fortes.
Lulu a perdu confiance à cause de la société. Dans un sens, elle était enfermée dans une image de la femme qui ne correspond plus à notre époque. Mais c'est à travers de nouvelles rencontres et le contact des gens qu'elle va reprendre goût à la vie. La réalisatrice est très optimiste ; elle nous dit que tant que nous restons proches des gens que nous aimons et que nous ne restons pas enfermés dans nos vies et dans notre routine, alors nous pouvons profiter correctement de la seule chance de vivre qui nous est offerte. Pour moi, le vrai personnage de ce film est la jeune fille du bar. Une Lulu en devenir qui sera sauvée avant qu'il ne soit trop tard (pour vivre), tout comme cette vieille femme d'une grande gentillesse qui sera sauvée avant qu'il ne soit trop tard (de façon plus littérale).

  • Une très belle analyse cinématographique que voici, joliment amenée avec une réflexion pertinente sur la condition de la femme. Tous les personnages sont parfaitement brossés et disséqués, je veux d'autres critiques de ce genre !

    · Il y a 10 jours ·
    20150403 184738

    Jérémy Da Silva

    • Salut Jérémy, merci beaucoup pour ce commentaire, je suis content que l'analyse te plaise ^^ j'essaierai d'en partager d'autres à l'avenir !

      · Il y a 10 jours ·
      Photo

      Nathan Maillefert

Signaler ce texte