La mort le bat

Adrien Crispyn

« Je t'aimais hier encore,

Aujourd'hui c'est fini.

Une autre a mis son corps

Dans mes bras démunis.


Tu pleures là et pourtant

Tes yeux n'ont rien changé.

Les siens sont bien trop grands.

Un rire m'y fait tomber. »


Sur ces mots, il a fui.

« T'as pris du poids pas vrai ? »

C'est comme s'il l'avait dit.

Sur mon écorce, gravé.


Mon âme désabusée.

Mes rêveries englouties.

Son regard amusé.

Ses textos abrutis.


Tue, sa voix qui m'avive.

Morts, ses bras sur mes bras.

Il a rejoint l'eau vive

D'une autre femme que moi.


Je l'ai aimé si fort,

Aujourd'hui c'est fini.

Un coup d'œil sur mon corps,

Et je conclus ma vie.


Le coulis du néant

Coule sur ma peau blafarde.

Le vide est à présent

Sûr de lui, il me garde.


J'ai effacé ton nom,

Ne me le rappelle pas.

Oublie vite mon pardon :

L'amour, la mort le bat.


Report this text