La perception de la beauté à travers différents cultures

had-ali

La beauté a différents niveaux, dans différentes cultures.

  Chaque culture porte ses propres critères de beauté, et c'est cette diversité qui fait la beauté du monde. Mais qu'est-ce que la beauté ?
    Selon le Larousse, c'est la “Qualité de quelqu'un, de quelque chose qui est beau, conforme à un idéal esthétique”. Cette définition nous montre que la beauté se trouve aussi bien dans le physique qu'ailleurs. Le film Lulu femme nue qui relate l'histoire d'une mère en quête de liberté et les coutumes de beauté de femmes mahoraises, illustrent en tout point cette définition.


"Lulu femme nue", une beauté à un niveau émotionnel

Lulu femme nue” dresse le portrait d'une femme en manque de confiance en elle qui s'est laissé aspirer par son rôle de mère. C'est un film captivant rempli de personnages attachants tous plus différents les uns que les autres. La beauté de ce film se trouve particulièrement dans le jeu de l'actrice. Ce qui est beau chez Lulu, c'est son ignorance envers sa propre sensualité et sa propre beauté. Une scène dans sa chambre d'hôtel lors de sa première nuit est particulièrement significative, car lorsqu'elle se regarde dans le miroir, sa gestuel hésitante et son regard timide démontre une femme qui se (re)découvre, mais qui se refoule aussi tôt. Une scène en contraste avec celle de sa nudité lorsqu'elle sort vêtue de rien de la mer, on assiste à ce moment précis à l'éclosion de Lulu, cette nudité est sublime et émeut car on y voit non plus une mère, mais une femme heureuse et consciente de sa sexualité. Karin Viard (actrice qui joue Lulu) permet grâce à son jeu d'acteur de transcender la beauté physique en transmettant des émotions à la foi mélancoliques et joviales. La beauté de ce film tient en sa conception, il nous immerge dans la vie d'une femme en pleine renaissance.

La beauté d'une culture à l'autre : le fond de teint pour les uns, le msidano pour les autres..

Quoi de plus enrichissant que de découvrir les coutumes d'une culture différente de la nôtre. A l'heure ou beaucoup utilise le maquillage industriel, certains préfèrent perpétuer l'art du maquillage traditionnel, aux produits naturel. A Mayotte, le “msidano” qui est un masque de beauté, est l'élément essentiel du maquillage des femmes mahoraises. Elle se produit en frottant un morceau de bois de santal sur une pierre de corail, le grain fin de cette « table à masque » transforme le bois en poudre. Les femmes y ajoutent quelques gouttes d'eau puis appliquent sur le visage la pâte brune et onctueuse, soit sous forme de masque soit en dessinant différents motifs. Ce maquillage traditionnel porte en lui plusieurs fonctions. Elle permet a la fois aux femmes de protéger leur peau contre le soleil, mais également de gommer les impuretés de la peau. Le msidano donne aux Mahoraises un charme exotique qui leur permet ainsi s'en servir comme outil de séduction.


Ainsi, nous pouvons constater que la perception de la beauté se fait à tous niveaux, mais également différemment selon le contexte et la culture. Ce qui est primordial, c'est de savoir passer outre la superficialité que prône notre société et de trouver une beauté plus profonde de tout ce qui nous entoure.


  • Il n’existe pas d’esthétique de bonne forme dans la nature, indépendamment d’un regard. La perception de la beauté ne peut être que culturelle et peut-être, même qu’humaine.

    · Ago over 6 years ·
    Photo rv livre

    Hervé Lénervé

  • Très intéressant et je vais chercher ce film. J'aime beaucoup l'actrice en question !

    · Ago over 6 years ·
    Louve blanche

    Louve

Report this text