La scribe (3)

colonelle

Une semaine se passa sans que je ne reçoive de nouvelles du Révérend. Cependant, je savais fort bien que cela arriverait, peut-être de façon impromptue, « à la dernière minute » comme il m'avait dit.

C'est le vendredi en six que le facteur sonna à ma porte. Il me fit signer un recommandé pour une boite fine, longue et rectangulaire, brune, venant d'un grand couturier des Champs Elysées. J'emportai le paquet dans ma chambre.

Il était scellé d'un gros ruban rouge que je m'empressai d'ouvrir avec délicatesse. Du tissus noir. Au toucher, apparemment du velours. J'ôtai une enveloppe à mon nom qui y était posée et dépliai d'abord l'habit. Un magnifique pantalon, noir, donc. Avec un gros nœud papillon au niveau de la ceinture, mais dans le dos. Sobre, chic, parfaitement à mon goût. Je l'essayai. Pile à ma taille. Je décachetai la petite lettre qui accompagnait ce cadeau :

  

« Madame Dubois,

 

Je me permets de vous offrir ce pantalon, qui, je n'en doute pas, vous ira à ravir. J'ai le coup d'œil pour déterminer les mensurations des femmes qui s'approchent de moi à moins de trois mètres. Ne croyez pas que vous ferez exception à ce genre « d'évaluation ».

Cependant, j'ai remarqué que vous n'aviez aucun sens de la féminité, ce qui explique mon geste de pure générosité. Je ne doute pas que vous viendrez demain soir, Hôtel de Mirepoix, à 21h, sans hauts talons ni décolleté profond. Je suis à l'avance fort déçu, mais je l'accepte, je suis clément. Si je ne vous considérais pas telle que vous êtes, je ne vous aurais pas embauchée.

Pour le haut, pensez tout de même à de la couleur mais surtout, laissez visible le nœud dans votre dos.

A demain,

Votre faux-curé fort dévoué ».

 

Cette petite carte me fit sourire. Une mauvaise critique habilement placée dans un mot sombrement drôle. Je compris, par contre, avec un peu de retard, que le haut que je devrais porter devrait être très court et ne pas tomber sur mes hanches. Mais me demander de laisser le nœud papillon visible était sans doute d'une grande importance : un moyen d'être reconnue par exemple, un signe distinctif. Il était mon employeur. Je me devais d'être irréprochable de toute façon.

C'est alors qu'on frappa à ma porte. J'ouvris. Rien. Alors que je la refermai, surprise de cette absence, je vis sur mon parquet un billet. Plus précisément, un bristol vert plié en deux :

« Lorsque nous nous croiserons, faites comme si nous ne nous connaissons pas ».

Je restai un moment interdite. Puis mis le petit bout de carton dans ma poche. Je retournai dans ma chambre pour me changer. On frappa de nouveau. Cette fois, je courus vers l'entrée en slip et soutien-gorge. Toujours personne, mais une enveloppe. Je pris immédiatement connaissance de la missive à l'intérieur.

Sans m'en apercevoir, au fil de ma lecture, je posai ma main gauche sur ma bouche, pour m'empêcher de crier.

Hors de question ! Hors de question !

Je me dépêchai d'attraper mon portable posé sur la table du salon. Il fallait que j'appelle le Révérend. J'appuyai sur le premier des boutons pour taper le code. Il y avait un mot, bref, mais très explicite émanant d'un numéro inconnu :

« Vous n'avez pas le choix »

Report this text