Le Chant de l'Arbre-Mère - Chapitre 3

Pascal Bléval

16 mars 1275

Journal de bord de Suraya Manariva

 

J'ai servi plus de dix ans dans la marine dranag, d'abord en tant que simple recrue. J'ai rapidement rejoint les commandos d'élite avant d'être nommée officier de liaison interarmées. Des cartes d'état-major, j'en ai mémorisé des milliers pendant ce laps de temps.

Altar est une exception, dans son genre.

Ce qui me vient à l'esprit, après avoir observé Altar depuis l'espace, c'est une boule de billard couleur jaune sable, ponctuée d'une unique, mais particulièrement vaste, tache verte.

Les sondes que nous avons envoyées alors que nous étions encore en orbite ont confirmé cette impression première. De leur côté, les informations issues des archives de l'Empire font montre d'une proportion de déserts de l'ordre de quatre-vingts pour cent.

Livrées à elles-mêmes, les planètes terraformées subissent généralement une lente, mais inexorable érosion des sols. Pourtant, la forêt occupe désormais près de trente-cinq pour cent de la surface d'Altar. Les efforts de terraformation ayant été interrompus il y a sept siècles, au tout début de la Guerre des Mondes, un tel accroissement des zones boisées est un phénomène pour le moins inhabituel.

Nous avons atterri à l'extrême bord d'une large étendue sableuse, dans la partie ouest de l'équateur. La ligne sombre des arbres les plus proches semble former un mur de défense contre toute tentative d'intrusion. En l'occurrence, l'assaillant, ce pourrait bien être nous.

Les radars du Markus ont repéré un grand nombre de masses métalliques, pour la plupart isolées au cœur même de la forêt, ainsi que la signature énergétique de plusieurs générateurs à élérum[1]. Sachant que l'espérance de vie de ces mini-centrales électriques est de quatre cents ans en moyenne, certaines d'entre elles doivent dater de la première vague de colonisation, tant les signaux qu'elles émettent sont faibles, voire près de s'éteindre.

De ce point de vue là, les signaux les plus puissants se devaient d'appartenir à Nouvelle Dran. Cela n'a pas loupé : en survolant la zone en question, nous avons pu confirmer visuellement la position de la colonie. Problème : elle est désormais recouverte par la végétation. D'après le rapport qui m'a été remis, elle avait pourtant été implantée en plein désert, tout comme nous. J'ai du mal à imaginer ce qui a pu se passer ces derniers soixante jours, mais il semblerait que la forêt se soit étendue, absorbant les bâtiments comme auraient pu le faire des globules blancs avec une bactérie. L'image m'a été suggérée par le capitaine Tcherpova, et je la trouve particulièrement adaptée.

Nous avons tenté d'entrer en contact avec le frère de notre macho de service, sans succès pour le moment. Cela fait désormais une dizaine d'heures que nous avons atterri et le camp de base sera bientôt fin prêt. Lana s'est occupée de la logistique avec son efficacité coutumière. Les trois scientifiques de l'équipe n'ont pas chômé non plus, envoyant très rapidement les goliaths récupérer des échantillons de sol, de végétaux ainsi que des spécimens de la faune locale. Les résultats des premières analyses menées par le capitaine Tcherpova ne devraient plus tarder à être exploitables.

Nous faisons donc face à quatre inconnues, à ce stade :

1/ Que sont devenus les colons ?

2/ De quelle façon assurer notre sécurité avec seulement trois sentinelles là où les trente robots de la Nouvelle Dran n'ont pas suffi ? Ma demande de renfort est, pour le moment, restée lettre morte.

3/ Comment annoncer à Hank Turner que son frère, Frédéric Turner, accessoirement l'un des principaux responsables de Nouvelle Dran, est porté disparu, de même que tous ceux qui l'accompagnaient ?

4/ À quel genre de menace sommes-nous réellement confrontés ?

Il s'avère que les données obtenues du satellite d'Altar sont très parcellaires, comme si quelqu'un avait tenté de les effacer manuellement, à l'aide d'un virus informatique. Heureusement, quelques fichiers vidéo et audio ont été miraculeusement épargnés. Le plus surprenant reste ces deux messages, reçus en clair. L'un — le premier — pour relater la rencontre. Le suivant, il y a deux semaines, pour démentir l'envoi précédent. Pour autant, Dran n'a pas cru bon d'annuler notre mission. Ils doivent avoir eu une excellente raison pour cela, j'imagine. Disposeraient-ils d'informations qu'ils ne nous auraient pas communiquées ? Ce serait un problème. Toujours est-il qu'aujourd'hui, il est impossible d'avoir la moindre certitude sur l'intérêt réel de notre présence sur Altar.

Néanmoins, les maigres renseignements que nous avons pu récolter et déchiffrer font bien état de la disparition progressive des colons, les uns après les autres, et ce, à partir du jour où la rencontre aurait eu lieu. Frédéric Turner est resté en contact avec Dran tout ce temps. Malgré ses demandes répétées, il ne lui a jamais été permis d'utiliser les sentinelles dont il disposait. Les lois galactiques interdisant l'usage de la violence à l'encontre d'espèces douées de conscience, le haut commandement a manifestement préféré attendre l'avis d'un expert avant toute action définitive. En tant que spécialiste interplanétaire en science comportementale des non humains, le professeur Northon a toute autorité pour infirmer ou confirmer le degré d'intelligence et de développement des autochtones d'Altar.

Quoi qu'il en soit, à compter de la rencontre, les sentinelles de Nouvelle Dran furent la cible d'avaries mystérieuses. Il y a deux semaines, ils cessèrent de fonctionner et furent remisés dans le principal hangar à véhicules. Par la suite, les messages envoyés par Nouvelle Dran évoluèrent dans leur teneur. Loin de demander de l'aide, ils s'ingénièrent désormais à minimiser la gravité de la situation, invoquant tour à tour les conditions locales difficiles — humidité et chaleur en tête —, puis la mauvaise volonté des agents d'entretien. En filigrane surnagèrent bientôt des soupçons de sabotage, voire d'actes terroristes effectués par de supposés activistes pro-terriens. Pour finir, six jours plus tard, les derniers « survivants » — à supposer que les disparus fussent bien morts —, parmi lesquels se trouvait alors Frédéric Turner, se réunirent aux abords de Nouvelle Dran et s'enfoncèrent dans la forêt.

Ils ne sont toujours pas revenus…


 

[1] Générateurs exploitant l'énergie contenue dans la matière première connue sous le nom d'Elerite. Ainsi dénommée car trouvée principalement dans le quadrant Elerum, ayant comme soleil l'étoile Elerum320a. Soleil nommé par son inventeur, le professeur Jacques Elerum, en l'an 523 de l'ère spatiale.

Report this text