Le fruit

milton-edouard

Enfin, le fruit, là, sous la feuille
séchée d'autant d'années de vent
sucrés baisers de milles formes
braise indécente de feu de camps

Tombé dans les branches une nuit
le bruit qui goutte à la surface
un oeil sous la frange interdit
des petits plocs! sous la glace

Encore faut-il être cueilli
un peu plus vert quand c'est possible
ou murir au fond d'un verger
Une pomme sur la tête: une cible.

Ridée, la peau reste amoureuse
tachée de belles intentions
avant que le ver ne la creuse
pour en faire un microsillon

Embrasse encore l'écorce sève
grave ton nom où tu voudras
laisse le mot croquer le verbe
et quand l'automne reviendra

Nous aurons changer de mystère
rejoint le mouvement d'avant
celui qui tourne sans en faire
un art, une histoire, un roman.

Report this text