Le gardien de sa Dame

Swan Le Loup

     Une légende raconte que le jardin secret d'un criminel était entretenu par l'humeur d'une femme. Cloitré entre quatre murs ce terrain se nichait sous les pleurs de cette dame. Les amants vécurent leur passion dans une ville ensanglantée. Le corps du criminel était infecté par cette femme. Son jardin incarnait son silence.

   La légende conte que ce criminel ramassa cette typesse, encore gamine et galérienne, dans la rue. Les vagues ponctuelles de pleurs d'une adolescente ordinaire préservaient à merveille son jardin secret. Le bordel s'installa le jour où la jeune fille devint une femme. Les coutumes assombrirent ses larmes maquillées qui empoisonnèrent petit à petit le jardin silencieux. Le criminel essaya en vain de calmer ses pleurnicheries en frôlant son regard humide de ses doigts bagués d'or et en offrant à sa chère des tonnes de mouchoirs.
    La diversité naturelle n'a pas sa place dans la culture d'un homme alors le criminel emprisonna un pauvre vétéran afin de soigner sa terre noyée. Il lui promit une liberté sans fin le jour où son jardin secret s'émerveillera de nouveau. L'anonymat ne gênait guère ce brave homme que le criminel surnomma : le gardien de sa dame.
    Le gardien de sa dame entreprit sa besogne à cœur. Il cisaillait les ronces assassines, bricolait le cœur torturé et admirait la femme carafe du criminel depuis son balcon d'où coulaient ses pleurs. Avec son parapluie, le gardien rattrapait les larmes noires du crépuscule afin de préserver les roses. Les larmes de l'aurore, fuyant la peau encore sèche, nourrissaient les plantations. Ce tri de gouttes métissé par le soleil levant redonna à ce lieu sa vitalité d'antan. La sécurité de son jardin secret apaisait les songes du criminel. Cette quiétude ombragea sa femme.
    Lors d'un matin ensoleillé, le gardien pensait admirer la muse, sous un drap blanc de soie, accoudée aux parois de son garde-corps, le visage encore étourdi par la tendre nuit. Mais ce fut un moment infidèle que le vétéran épia. Dès lors, le jardin subit une colère froide. La femme fatale se révolta. Elle mit la ville à feu et à sang. Ses lunettes noires retenaient ses larmes et masquaient le soleil. Le criminel disparut et son jardin secret devint orphelin.
    La légende conte que le gardien de sa dame, asséché par un soleil sans nuage, se statufia et repose désormais pour l'éternité dans ce jardin secret. Le criminel a tenu sa promesse.

Report this text