Le jugement dernier

Swan Le Loup

Isaïe 13. 9 Voici, le jour de l'Éternel arrive, jour cruel, jour de colère et d'ardente fureur, qui réduira la terre en solitude, et en exterminera les pécheurs.

10. Un souffle de fumé murmurera dans le tribunal. « Alors p'tite pute tu m'reconnais ?! », balafrera le gangster à la face du monde. Le Roi, nègre d'une divinité sans nom, se tournera vers le mauvais. Il plagiera la parole de tous les entrepreneurs de morale et défiera le criminel en étalant sa vie terrestre sur la place publique. L'accusé polémiquera sur ses actes avec un sourire de salopard et un air si arrogant qu'il prendra de la hauteur : « Au nom d'une humanité il y a châtiment », préludera le gangster. « Un classique apprit après avoir quitté le tiéquar. Génération NLF taguée sur les murs. Nique les flics. Nique la France. Abréviation pour esquiver les fautes. A la base des bases j'suis un putain d'orphelin parce que pas né dans la bonne chatte. C'est pour ça que dans la vulgarité il n'y a que le coté maternel pour un sale gosse. Miskina. J'suis un enfant de pute qui n'a jamais reconnu son étoile. Guidé par les trafics louches, les femmes faibles et les hommes forts. »

11. Le Roi demandera au gangster d'assumer ses péchés. « J'bédave sec et j'kiffe ma life à 100%. Sexe, drogue et nique sa mère ! J'distille de la coke à haute dose le soir parce que le marchand de sable s'est fait braquer. Des salopes saignent sur le trottoir en planquant mon nom. J'mets des carottes à l'amiable et si tu te plains j'te hakgal ! Quand j'baise des pétasses ça ressemble à un putain de viol car j'm'en bas les couilles des enceintes. Fuck la loi ! Et si t'es pas content Sire j'te jette mon cul de pète dans la gueule ! »

12. Le Roi implorera le calme dans l'audience et les excuses du malotru pour avoir offensé les bons. « M'excuser auprès des travailleurs du dimanche qui ne voit plus leurs proches ; auprès des soûlards dépressifs qui puent de la gueule ; auprès des amoureux qui te prennent en otage et auprès des toxs qui cassent les couilles. J'ai tellement côtoyé la médiocrité que j'en suis immunisé. Sire ! J'suis pas un si mauvais garçon. Avec le temps j'ai adapté ma façon de bosser pour faire le bien autour de moi. Par exemple, j'dirige un gang de putes qui ont le dass, j'bicrave de la CC à la mort aux rats et quand j'galère j'rode en voiture noire sur les boulevards ciblant la veuve et l'orphelin. C'est assez efficace pour éradiquer tous les sheitans. »

13. Le gangster se lèvera un instant de son fauteuil. Il orchestrera deux trois pas de danse, se dandinant comme un plouc avant de se rasseoir avec joie. « Sire ! Tu as tort de croire. Je n'ai vécu que dans la rumeur. Où est le bien où est la mal ? Pas de raison de se poser la question quand on ne connaît pas la réponse. J'suis un bâtard de hors de la loi ! Le seum incarné ! Mais ce que les citoyens n'assimilent pas c'est que j'suis comme eux. Un mortel. Un consommateur. Un épargnant. Un capitaliste. Prince du marché noir. La face sombre de la société. Flemmard, matérialiste et courageux : ça a fait de moi un criminel. »

14. Le Roi ordonnera au gangster de poser son cœur sur la balance avant de prononcer la sentence. « Su cunnu'e mamma tua ! Mon cœur saigne c'est injuste. Ceux qui me condamnent n'ont pas les couilles de m'défoncer la race. Ils préfèrent me voir juger, attendre lâchement que j'disparaisse pour pourrir le voisin ou que j'canne dans mon coin, comme un chien errant. Suicidé en cage, assassiné dans le dos ou mort d'une maladie voir pire de vieillesse. Sire ! Populace ! Faucheuse ! J'vous fais un gros doigt d'honneur ! Vous croyiez être à mon jugement mais dans la déviance tout s'inverse et j'vous condamne à recroiser mon chemin bientôt. »

15. Le criminel clôturera la fin de cette supercherie théâtrale : « "Nobles" gens ! J'irai sûrement en enfer mais si je vous y croise : courez !

Report this text