Le labyrinthe du ventre

James Px.

La nuit je parle

Je parle seul

Je te parle

Cœur abandonné

Au-dessus des tuiles romanes

Aucun regard m'échappe

Une étoile décline l'amour

Sur ce cœur endormi

Je ne vais pas mourir à genoux

Ni même debout

Votre absence m'assombrit


La nuit est ce corps abstrait

Qui te creuse l'estomac

T'ouvre une poche d'air

Où le rêve te ressuscite

Après une journée d'enfer


Comment perdre du temps

Si je ne l'ai même pas gagné


Voilà

Un pub

Un snack

Un PMU

Une brasserie

Un quatuor qui cherche son identité

Les toilettes sont propres

Si tu considères que le pire

Est toujours en retard

À l'opposée du courant d'air

Installé au bout d'une banquette

J'aperçois une paire d'ailes

Un vieux paquet de Gauloise

Traîne sur l'étain du bar

Mystère

Aucun fumeur

Aucune odeur de tabac froid

Aucun brouillard

Juste une lance à incendie

Nettoie le trottoir

Et la fureur du square


Du bois

Du skaï

Du métal

Une nappe en papier

Une musique de gare

Du jazz

Du rock

Je m'en balance

Du moment que j'ai les oreilles en cloque

Pour ne pas entendre à ma gauche

Le naufrage du gros lard

À ma droite

Les magouilles des trois costards

À ma gauche

Un Sidecar se promène

Sur les lèvres d'une aventurière

Où tous les chemins mènent à la mort

Une blonde vise la brune

La mousse sur ma barbe parle de liberté

Pendant qu'un croque monsieur

Attend les mains de la serveuse

Plus légère qu'une feuille de carton plume

Dans la septième courses

Prix souviens-toi

Dix huit partants

Tous disparus avant l'arrivée

Le vieux d'en face a perdu sa retraite

Son petit cochon

À revêtu son gilet jaune


Vais-je commander

La fameuse choucroute royale au Riesling

Ma visa n'a pas d'odeur

D'or elle rassure l'homme en noir

Je n'ai plus que vingt secondes

Pour taper le code

Et franchir la porte du terminus

Où une assistante maternelle

Dieu qu'elle est belle

Suce le pouce de son gilet rose


Autour de moi

Ma mort si légère

Qu'elle cohabite

La dépouille des anges

Au-dessus des aiguilles de marbre

De la cathédrale

Légèreté qui hérisse 

Le duvet de mon spleen

Vers l'étoile du berger

Frisson d'un rappel

Où l'eau de rose se déverse

Sur la peau de la chansonnière

Qui traverse furtivement

Le champ de mon miroir soleil


À l'aube je glisserai

Sur un nouveau jour


Report this text