Le mandarinier 2

aile68

"On a volé les mandarines! On a volé les mandarines! criait le concierge complètement pris de panique par la découverte des fruits qui avaient disparus. Son chien tournait et aboyait autour de l'arbre, il avait compris lui aussi qu'un vol avait été commis. Aux cris de l'homme qui n'arrivait pas à se calmer et aux aboiements de l'animal, les gens sortirent d'un même corps de leur maison. A la vue du mandarinier qui fut ébahi, qui surpris, certains n'en croyaient pas leurs yeux, d'autres se pinçaient pour s'assurer qu'ils rêvaient pas. Comment cela pouvait-il  être possible? Ils avaient dormi paisiblement, ils s'en voulaient qu'ils n'aient rien entendu pendant la nuit. Les chiens n'avaient pas donné de signes d'alerte,  ils ont conclurent que le voleur étaient l'un d'entre eux. Du coup chacun se mit à suspecter l'autre. Le concierge appela les gendarmes qui furent mis au courant de l'affaire, et commencèrent leur enquête en allant sur le lieu du délit.

De pauvres feuilles jonchaient le carré de terre où l'arbre avait été planté dix ans auparavant, des enfants avaient grandi en même temps que lui, des adultes avaient vieilli. Autant dire qu'il était un symbole dans le hameau, oui, un véritable totem pour les jeunes habitants. Deux mandarines étaient restées par terre, le ou la voleuse avait dû faire vite pour s'exécuter. Le brigadier observa des traces de pas sur la terre, des pas de différentes tailles, certaines étaient toute fraîches, d'autres plus profondes, il remarqua parmi ces dernières des pas profonds avec une marque sur le pied gauche. Il y avait peut-être plusieurs voleurs, l'un devait être très corpulent, vue la profondeur des pas. Mais ça pouvait être les pas de n'importe qui car les gens dans le hameau se portaient plutôt bien.

(à suivre)

Report this text